Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 918 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

The New York Times : Le staff juif de Trump est resté silencieux devant sa défense de la marche antisémite

 

17 Août 2017

Traditionnellement aux USA, les juifs sont majoritairement démocrates et progressistes comme Bernie Sanders, Chomsky et bien d’autres. La presse et la communauté juive a mis en demeure les juifs dans le staff du président de le désavouer, à commencer par son gendre et sa fille. Ce n’est pas le premier juif prêt à avaler des couleuvres antisémites. Nixon était ouvertement antisémite et Kissinger subissait ses propos. Ce qui prouve à quel point aujourd’hui   « le progressisme » juif, pour certains, qui ont par ailleurs tendance à se présenter comme les seuls défenseurs du judaïsme, cède la place à des politiques qui peuvent s’appuyer sur l’extrême-droite quand les fondements de classe, les alliances géopolitiques l’exigent. Jusqu’à présent cette tolérance au nazisme se contentait d’appuyer des expéditions de l’OTAN, des dictateurs latino-américains, mais voici qu’elle touche aux Etats-Unis eux-mêmes.

 

(note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)


Par MICHAEL D. SHEAR AUG. 16, 2017
Jared Kushner, le beau-fils du président Trump et son conseiller principal, et sa femme, Ivanka Trump, la fille du président, sont tous deux juifs. CréditDoug Mills / The New York Times
WASHINGTON – Les membres juifs de l’administration du président Trump sont restés pour la plupart muets mercredi après que Monsieur Trump ait pris la défense des manifestants nationalistes et de droite à Charlottesville, en Virginie, qui avaient chanté des slogans antisémites et ont insulté le beau-fils juif du président.

Gary D. Cohn, le directeur du Conseil économique national du président, qui est juif, a été décrit par plusieurs personnes proches de lui comme « dégoûté » et « profondément bouleversé » par les remarques du président. Mais M. Cohn n’a pas exprimé publiquement ces points de vue.

Steven Mnuchin, le secrétaire du Trésor et aussi juif, se tenait silencieusement derrière M. Trump mardi, alors que le président a déclaré qu’il y avait « des gens très bien des deux côtés » en parlant de l’incident de Virginie. M. Mnuchin n’a rien dit depuis les remarques du président.

Et Jared Kushner, le beau-fils du président, qui est aussi juif, a gardé le silence sur les commentaires de M. Trump. Ivanka Trump, la femme de M. Kushner, qui s’est convertie au judaïsme, a déclaré dimanche: « Il ne devrait pas y avoir de place dans la société pour le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis ».
 M. Kushner, M. Cohn et M. Mnuchin qui mercredi ont été sollicités pour faire des commentaires n’ont pas répondu.

Les violentes manifestations racistes à Charlottesville ont débuté alors que les suprématistes blancs et d’autres avaient manifesté contre la suppression d’une statue de Robert E. Lee d’un parc dans la ville. Leurs paroles visaient aussi bien les juifs que les noirs.

Les néo-nazis ont porté des torches et ont déclaré que « les Juifs ne nous remplaceront pas » alors qu’ils traversaient le campus de l’Université de Virginie vendredi. Et mardi, Chris Cantwell, un chef suprématisme blanc, a déclaré à Vice News qu’il voulait un président qui « ne donne pas sa fille à un juif ».
Charlottesville: Race and Terror – VICE News Ce soir sur HBO Video par VICE News
Dans ses commentaires mardi, M. Trump a appelé les néo-nazis lors des manifestations « des personnes mauvaises», mais il a défendu beaucoup de ceux qui sont venus au rassemblement.

« On dirait qu’ils ont eu des personnes grossières, mauvaises, des néonazis, des nationalistes blancs, comme vous voulez les désigner », a déclaré le président. « Mais vous avez eu beaucoup de gens dans ce groupe qui étaient là pour protester innocemment et protester très légalement ».

Les partisans juifs de M. Trump à l’extérieur de l’administration ont également été très silencieux mercredi. Sheldon Adelson, le megadonor juif de Las Vegas, qui était un passionné de la campagne de M. Trump, n’a pas fait de déclaration.

Michael D. Cohen, l’avocat personnel du président, qui est juif, a défendu M. Trump en réponse à la question d’un journaliste mercredi.« Je connais le président Trump et son cœur », a commenté M. Cohen. « C’est un homme bon et il n’y a pas une once de racisme en lui. Tout le matin, je reçois des commentaires horribles sur l’anti-noir, le raciste, etc. que serait  Trump. C’est tout simplement faux! » 

M. Cohen a énormément dénoncé « la suprématie blanche, le nationalisme blanc, les croyances nazies et la haine de toute personne fondée sur la race, la religion, la croyance, la couleur ou l’orientation sexuelle ». Mais il a ajouté: « Trump n’est pas un raciste et moi non plus. Les attaques contre Lui et tous ceux qui l’accompagnent sont dégoûtantes, honteuses  et blessantes»

Sam Nunberg, un ancien conseiller de la campagne Trump qui a été congédié après avoir publié des messages sur le plan racial de Facebook, est également venu à la défense du président.

« J’ai passé des milliers d’heures avec cet homme. Il n’a pas une seule once d’antisémitisme en lui », a déclaré M. Nunberg, juif, lors d’une interview téléphonique. M. Nunberg a condamné les manifestants néo-nazis comme « un tas de gens dégoûtants. Beaucoup de personnes disent des choses antisémites. » 

Il a ajouté qu’il était déçu des commentaires de M. Trump mardi parce qu’ils laissaient la porte ouverte à l’interprétation et aux malentendus.

M. Nunberg a déclaré qu’il ne croyait pas que M. Mnuchin ou M. Cohn devraient faire connaître leur point de vue.

« C’est une situation dans laquelle il ne peuvent que perdre », a déclaré M. Nunberg. « Si M. Mnuchin ou M. Cohn font une déclaration, alors? est-ce qu’ils sont supposés démissionner? Ils ont la responsabilité de mener à bien leur travail. » 

Le représentant Lee Zeldin, un républicain juif de New York, a pris la défense du président pour avoir noté qu’il y avait de la violence des deux côtés, mais il a ajouté que « ces deux côtés ne sont pas égaux. Ils sont différents. »