Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1551 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Législatives en Grèce: rebelote pour Alexis Tsipras

Mais avec une extrême droite en progrès (3e parti du pays) et une abstention record alors que le vote est obligatoire (45% contre 36% aux législatives de janvier 2015).

Syriza (35,6%) va donc s'allier une fois encore avec la droite dite des Grecs indépendants (3,69%). Malgré une perte d'élus, ils obtiendront ainsi 155 députés sur les 300 que compte le parlement, étant attendu que Syriza bénéficie de la prime constitutionnelle de 50 députés supplémentaires allouée au parti politique arrivé en tête du scrutin.

Mais comme un hirondelle ne fait pas le printemps, surtout en automne, plus de 39% de suffrages obtenus ne fait pas une majorité parmi le peuple grec, notamment parmi l'électorat populaire et la jeunesse qui se sont abstenus.

Le journal de Pierre Laurent a beau proclamer en sa une: "Grèce, les électeurs redonnent leur confiance à Alexis Tsipras" et que "l'expérience de Syriza n'est pas une parenthèse". Non, ce n'est qu'un nouveau chemin de résignations, de sang et de larmes dont profite l'extrême droite.

Et que dire du flot de félicitations à Alexis Tsipras dans lesquelles se déclinent celles de François Hollande, celles des patrons de l'UE et même celles de Pierre Laurent secrétaire national du Pcf? Oui, les lendemains qui chantent ne sont pas pour demain. En Grèce comme en France d'ailleurs.

Législatives en Grèce: rebelote pour Alexis Tsipras