Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 930 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

 Vendre des iles grecques pour payer la dette des banques : l’UE continue le dépeçage !

 

Le gouvernement grec, pour rembourser la dette indigne vient de mettre en vente… des iles.Mettant ainsi en application la proposition de parlementaires qui avait fait scandale il y a quelques années. C’est bien à une mise à sac de la  par l’ et ses monopoles capitalistes que l’on assiste.

 

Le gouvernement grec pris à la gorge par la BCE, et afin de satisfaire aux diktats de l’ et du FMI, a pris la décision de vendre plusieurs dizaines d’îles inhabitées situées en Méditerranée afin d’éviter la faillite : par exemple la péninsule Lihnari (3 millions d’euros), les îles Gaia (3 millions d’euros) et Stroggilo (4,5 millions d’euros) et d’autres. L’acteur américain Johnny Depp vient ainsi d’acheter l’île grecque de Stroggilo  d’un surface de 20 hectares pour 4,2 millions d’euros.

 

Au delà des iles, c’est également la  et le bétonnage du  qui se poursuit, comme www.initiative-communiste.fr site web du PRCF vous en alerté l’été dernier. 

 

En Grèce, privatisation et bétonnage du littoral : l’UE continue le dépeçage !

plage grèce
Des centaines de kilomètres de plages du littoral grec sont en passe d’être privatisés. Sous les diktats de la troïka (FMI, BCE et Commission de Bruxelles), un agence le TAIPED est en effet chargé de liquider le patrimoine des travailleurs de Grèce et de permettre son acquisition à vil prix par les capitalistes. On se souvient de la Une du journal allemand Bild et de députés libéraux Allmand réclamant que la Grèce vendent ces iles : « Ceux qui sont insolvables doivent vendre tout ce qu’ils ont pour payer leurs créditeurs. La Grèce possède des bâtiments, des entreprises et des îles inhabitées, qui pourraient tous être utilisés pour résorber la dette », affirmait ainsi le député libéral et pro UE du FDP Josef Schlarmann. L’idée avait fait scandale mais est en train de se réaliser sous la contrainte de l’UE.
 
En Grèce, privatisation et bétonnage du littoral, l’UE continue le dépeçage !
 
Autoroutes, ports, aéroports, et jusqu’aux plages sont donc en train d’être bradés. Car alors que la BCE (banque centrale européenne) déverse sans condition et quasiment gratuitement des milliards d’euros pour les banques elle laisse la spéculation financière la plus sauvage se déchainer contre les États. Pressant ces derniers de respecter les critères de convergences de la zone euro (sanctifiant une  sans fin) et les principes fondateurs de l’UE, ce « grand marché » où est consacrée l’économie de marché, où « la concurrence doit être libre et non faussée » et où donc rien ne doit échapper à la spéculation financière et la prédation des grands groupes capitalistes. Pas même donc le bonheur simple d’aller à la plage !
 
Pour respecter les exigences des marchés, c’est à dire de la classe capitaliste, l’UE impose que les États conduisent des « réformes structurelles » et augmentent leur « compétitivité ». Pour parler clair, baisse des salaires, diminution de la protection sociale, assouplissement/liquidation des droits des travailleurs, privatisation des entreprises et des services publics… Faute de quoi, elle laissera les « marchés financiers » cet autre nom de l’oligarchie capitaliste se déchainer contre ces mêmes états, qui ont du s’endetter pour sauver les banques privées. Conformément aux traités sur lesquels repose cette Union Européenne du Capital, la BCE, indépendante des peuples mais sous la coupe directe des marchés financiers, n’intervient donc pas autrement que pour alimenter en ouvrant le robinet des capitaux à vil prix à ces spéculateurs et réclamer elle aussi privatisation et baisse de salaires. Car l’Euro interdit le financement direct des états, ce qui briserait pourtant immédiatement ce chantage scandaleux. l’Union Européenne impose la nationalisation des pertes, la privatisation des profits.
 
C’est ainsi qu’à une vingtaine de kilomètres d’Athènes, la plage de Vougliemeni a été bradé à un fond des pays du golfe. Pour accéder au rivages et au sanctuaire d’Appolon, il faudra payer 25€. Rappelons que le smic grec est de 683€ et que salaires et pensions ont été diminués de 20% en 2012 sous la contrainte de la Commission Européenne pour retrouver leur niveau de 1997, commission préconisant même un diminution de près d’un tiers au nom soit disant de la « compétitivité » ce mots qui signifie en langage médiatique « augmentation des profits » . On se souvient que la Commission Européenne, la BCE et le FMI avaient contraint à la démission en 2011 le premier ministre grec d’alors lorsqu’il avait évoqué l’hypothèse de soumettre à referendum le plan d’austérité exigé par la Commission Européenne et la Banque Centrale Européenne. Preuve s’il en est du caractère totalitaire et antidémocratique de cette UE qui porte en horreur les referendum et banni la moindre forme de souveraineté populaire défendant bec et ongle le pouvoir absolu de l’oligarchie capitaliste.
 
L’UE organise la vente à la découpe de la Grèce
 
Si d’aucun peut être choqué par cette privatisation, cette confiscation de l’espace public, la Commission Européenne se charge du service après vente.
 
« Au lieu de se crisper sur la spoliation, voyons le potentiel de dynamisation économique qu’apportent ces capitaux privés » indique ainsi le représentant de la Commission Européenne à Athènes Panos Carvounis. Ben voyons !
 
Il est vrai que d’un point de vue de classe, et en se plaçant donc du coté de la classe capitaliste dont l’Union Européenne est en charge de défendre les intérêts, il y a là aussi un formidable potentiel de profit. Par exemple en s’intéressant à la privatisation en cours des quelques 620 ha et près de 3,5 km de plages au niveau de l’ancien aéroport d’Hellenikon actuellement bradé à près de 80€ le m². Un riche groupe privé Grec, le groupe Latsis serait sur les rangs au coté d’investisseurs Qataris pour y bâtir un vaste projet immobilier de luxe.
 
Du point de vue de la classe des travailleurs, et comme le remarque le Canard Enchainé qui scandalisé a mis en exergue cette information à la Une de cette édition 25 juin, il ne fait aucun doute que cette vente à la découpe du pays, ces soldes de tous ce que le pays comporte de richesses livrées à la curée de la classe capitaliste ne sert en rien les intérets des travailleurs Grecs :
 
« Évidemment, la population est vent debout contre cette grande braderie organisée par l’Union Européenne, la Banque Centrale Européenne, et le FMI pour renflouer les caisses du pays » le Canard ajoutant, en écho à la morgue de la Commission Européenne exigeant que les travailleurs vident toujours plus leurs poches, triment toujours plus durs et des salaires plus faibles pour la « dynamisation économique » : « Les Grecs ont déjà vu : nombreux sont ceux qui sont trop étranglés pour partir en vacances dans les iles »
 
Les travailleurs ne peuvent que constater que l’UE est une arme d’exploitation massive des peuples par la classe capitaliste. Construite par la classe capitaliste pour défendre ses intérêts, l’UE et l’euro consacrent le pouvoir supranational sans partage du patronat, des marchés financiers en un mot de l’oligarchie capitaliste. Bafouant la souveraineté populaire, l’UE renforce la dictature du capital. L’UE organise la mise à sac de l’ensemble des conquêtes populaires. Pour une politique au service de l’immense majorité qu’est la classe ouvrière il faut briser les chaines de l’Union Européenne du Capital. Il faut sortir de l’UE, sortir de l’euro.
 
L’environnement menacé
 
De fait, pour permettre la « dynamisation économique », le ministère de l’économie grec prépare un projet de loi propre  à satisfaire l’oligarchie capitaliste c’est à dire leur remplir les poches. Jugez plutôt. Le projet prévoit de supprimer toutes limites à la taille des établissements de plage, de permettre la construction des villas et des hôtels à 10m de la mer contre minimum 30 actuellement. De quoi réjouir les « capitaux privés » qui pour leurs seuls profits pourront bétonner à tout vas des iles et joyaux de la nature jusque là plutôt préservés !
 
Au-delà des plages grecques, c’est partout en  que l’UE conduit la curée, la mise à sac des services publics, des entreprises publiques, des acquis sociaux, que la BCE et la Commission pour « sauver l’euro » fond la guerre contre nos salaires. Par exemple en France, la poursuite de la libéralisation du rail et de la privatisation de la SNCF contre laquelle viennent de se battre courageusement les cheminots est le résultat direct des directives européennes. La libéralisation/privatisation du secteur de l’énergie avec la mise à sac d’EDF GDF, la privatisation qui ne dit pas son nom des grands barrages hydroélectiques, voila aussi l’effet de l’Europe qui protège…. l’oligarchie capitaliste. Et les grandes manœuvres se poursuivent avec la négociation en secret avec les USA du Grand Marché Transatlantique (connu aussi sous les sigles de GMT ou TTIP) qui va consacrer encore plus le règne de l’oligarchie capitaliste. Qui se prépare à déverser dans nos assiettes et contre la volonté des peuples viandes aux hormones, et cultiver en masse les OGM. Il est vrai que la politique agricole commune déversent déjà ses milliards pour l’agro-industrie tout en écrasant les agriculteurs; Pour protéger l’environnement aussi, il faut sortir de l’UE
 

source : le canard enchainé du 25 juin et l’Humanité du 5 juin dernier