Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 917 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Grèce: et un tour de vis supplémentaire, un!

Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 août, après des débats tumultueux, le Parlement grec a adopté le nouveau plan de rigueur soumis par l'UE au peuple grec.  Au total, 222 élus ont voté pour, 64 se sont prononcés contre – dont une trentaine membres de Syriza, y compris l’ex-ministre des finances Yannis Varoufakis et la présidente du parlement –, 11 députés de Syriza se sont abstenus et 3 autres étaient absents. Le texte a donc été validé à la majorité grâce au soutien de la droite et du parti socialiste.

Mais le parti d'Alexis Tsipras est au bord de l'implosion. En  opposition frontale avec la rigueur,  Zoé Konstantopoulou, présidente du Parlement et dirigeante de Syriza, a longuement pris la parole pour dénoncer la « dictature » des créanciers, tout en rejetant le nouveau plan d’aide. Plusieurs députés de Syriza ont invectivé le ministre des finances, Euclide Tsakalotos, leur camarde de parti.

Plus tôt dans la journée, Panayiotis Lafazanis, ancien ministre, annonçait le  la création d’un mouvement « anti-mémorandum », dans une déclaration signée par douze autres dirigeants de Syriza, ce qui présage une scission du parti.

Dans tous les cas, cela ouvre la voie à l’organisation d’élections législatives anticipées. Selon les règles politiques grecques, un gouvernement minoritaire doit en effet toujours s’assurer au moins 120 voix au sein de sa coalition. Or, seuls 118 députés de Syriza et d’Anel, la formation de droite souverainiste associée à Syriza dans la coalition gouvernementale, ont voté en faveur du plan. En d’autres termes : le gouvernement Tsipras a perdu sa majorité.

Peu après le vote de la Vouli, un haut fonctionnaire grec a déclaré que le premier ministre sollicitera probablement un vote de confiance du Parlement après le 20 août. Mais la droite a déjà laissé entendre qu’elle ne lui apporterait pas son soutien. 

 

Source Le Monde de ce jour.

Grèce: et un tour de vis supplémentaire, un!