Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1743 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Publié par Jean Lévy

Les limites du « progressisme » de Tsipras : L'accord militaire de la Grèce et de l'Etat hébreu

Les limites du "progressisme" de Tsipras : l'accord militaire de la Grèce et de l'Etat hébreu
Les limites du "progressisme" de Tsipras : l'accord militaire de la Grèce et de l'Etat hébreu

MONDAFRIQUE
L’armée israélienne pourra s’entrainer librement en Grèce
Par Jacques Marie Bourget
 

Pendant que son premier ministre, Alexis Tsipras, ferraillait avec Angela Merkel, Panos Kammenos le patron de la Défense, signait un accord de coopération avec Israël.

Alexis Tsipras que l’on présente comme le damné de la terre, en tout cas de celle d’Europe, n’a pas que des ennemis. Pendant que son premier ministre ferraillait avec Angela Merkel, Panos Kammenos, le patron de la Défense, signait un accord de coopérations avec Israël. Kammenos, ministre des armées, est au sein de gouvernement le représentant de la minorité d’appoint qui a permis à Tsipras de gouverner le pays. Kammenos est le dirigeant  d’ANEL, le petit parti souverainiste  des « Grecs indépendants ».  Le ministre de la Défense grecque vient de se rendre en Israël où il a signé un document SOFA (Status of Forces Agreement) avec son équivalent Moshé Yaalon.

 

Dans le sillage américain

 

Selon ce « traité », les forces israéliennes pourront s’entrainer en Grèce et vice versa. Cet accord a vraiment un caractère exceptionnel puisque seul les Etats-Unis ont signé un tel échange avec Israël.  Yaalon a salué chaleureusement la collaboration entre la Grèce et son pays « Nous apprécions grandement la coopération sécuritaire qui se traduit par l’entraînement de nos soldats et officiers sur le territoire grec. Nos États partagent des intérêts communs, car ils doivent faire face aux conséquences de l’accord signé la semaine dernière entre les grandes puissances et l’Iran. ».

 

Absolument pas pris de court  Panos Kammenos a répliqué avec le même enthousiasme : « Le peuple grec est très proche du peuple d’Israël. Concernant notre coopération militaire, nos relations sont excellentes, nous continuerons à les entretenir et poursuivrons les entraînements communs. Le terrorisme et le djihad ne frappent pas que le Proche Orient, mais également les Balkans et l’Europe. C’est la guerre. Nous étions également très proches d’Israël pour tout ce qui est relatif au programme de missiles de l’Iran. Nous nous trouvons à la portée de ces missiles. Si un missile iranien se dirige vers la mer Méditerranée, cela peut signifier la fin de tous les pays de la région. »

 

Et, le souffle court, la France attend la réaction de Mélenchon qui s’affirme un ami de la Palestine.

 

Commentaire de B.T : Et j'ajouterais la réaction de Pierre Laurent