Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 949 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Sens du virage et cap qu'il indique

Publié le 17 Juillet 2015

« Après avoir connu

une ascension fulgurante,

le parti au pouvoir

à Athènes

est en train d'opérer

un virage centriste. »

(A.P. Mediapart)

Sens du virage et cap qu'il indique

Comme ce journal n'est pas ce qui se fait de pire dans l'espace journalistique, comme il a gardé une certaine distance dans l'emballement médiatique depuis le début de la crise du diktat de la BCE et de l'Eurogroupe contre la Grèce, comme il est de ceux qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour venir en aide à Syriza et sa direction, ont choisi Tsipras contre Merkel, Sapin, Schäuble, Moscovici, son article ne peut que faire réfléchir.

 

http://www.mediapart.fr/journal/international/160715/premiere-victime-de-laccord-de-bruxelles-syriza

 

Quand en France le RPR fait entrer des ministres du "centre" la presse (à l'époque sauf l'Huma) titrait : le premier ministre procède à une ouvertture vers la gauche... Pour mieux rester de droite puisqu'aucun des dirigeants du parti de droite jusqu'au départ de Maigret vers le F-Haine (et à un autre moment) n'avait fait défaut à la force politique majoritaire.

 

Quand le gouvernement de Grèce voit démissioner une partie de son assise la plus à gauche (2 ministres, la Pdte du Parlement), que M Glezos dénonce la capitulation, que l'organe de direction du parti majoritaire désavoue son premier responsable et que celui ci va "ouvir au centre", sauf à convaincre que les icebergs sont de l'eau bouillante en tenue de camoufflage, il s'agit bien d'un virage à droite.

 

Ce qui va certainement filer torticolis et crises de sciatique dans la cuisse gauche de quelques organisations politiques ici.

 

Comment soutenir après une casacade de dénis de démocratie (où le premier responsable est bien le capital et ses services politiques et idéologiques au sein de l'UE, la BCE et le FMI, mais où le refus de les combattre frontalement leur laisse la passerelle pour manoeuvrer le navire sans contrainte), oui, comment soutenir le nouveau cap et surtout approuver ceux qui le prennent.

 

Pas moyens de faire autrement ? Si ! En appeler au peuple.

 

Risque de l'Extrême droite ? le respect des mandats de refus des mémorandums depuis janvier jusqu'à aujourd'hui avait créé les conditions d'éviter ce risque, mais il est encore temps.

 

Enfin, et à l'expérience, il y a ce que dit le KKE (parti communiste historique de la Grèce. Affaiblit certes par la scission des paneuropéens ayant conduit à Syriza...on mesure le bilan). Ceux qui ne veulent approcher son propos qu'avec les lunettes du GUE et son acceptation statutaire des traités européens pourrons continuer dans l'accompagnement d'un virage à droite.

 

Aux autres et parce que la Grèce, comme la tchécoslovaquie après Munich en 38 est la configuration avancée de ce que le capital veut imposer aux peuples, dont le notre, regardez-y. Lisez par vus même et ne demandez pas de prêt à penser à ceux qui sont formatés dans l'idéologie dominante.

 

On n'aide pas le pays sirtaki en dansant le Madison (regardez les pas) les "avance-recul-1pas à gauche-2deux à droite" des déclarations des dirigeants du P"c"F en moins d'une semaine sont là pour porter le niveau de leur stérilité politique (le vote des députés communistes laisse ouvert un ressaisissement. Sera-t-il capable d'aller jusqu'au bout de sa logique ? Qui au sénat n'a pas rejetté le plan et sur quelle base ?).

 

Encore une fois nous allons assister de leur part,  visant à ce que le temps leur lisse les plumes pour faire étanchéité, à des numéros de voltige politique pour dire qu'il faut voter avec les assassins de la Grèce aux régionales pour ne pas laisser la place à ceux qui font partie aussi du club des assassins au plan international.

 

Et vous voulez que le peuple s'y retrouve et vous approuve ? 

 

Rédigé par Canaille Lerouge