Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1074 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Grèce : la vraie nature du troisième mémorandum


Par Romaric Godin

 

mercredi 15 juillet 2015, par Comité Valmy

Sans accord sur la dette, le "plan d’aide" est voué à l’échec. (Crédits : Reuters Christian Hartmann)

 

Grèce : la vraie nature du troisième mémorandum

 

Le nouveau "plan d’aide" endettera encore davantage la Grèce sans lui permettre de réellement sortir de l’ornière. Il n’a pour fonction que de "couvrir" les non-dits sur la dette des dirigeants européens.

 

Le rapport du FMI sur la viabilité de la dette grecque a été perçu comme un « soutien » aux demandes de restructuration d’Alexis Tsipras. Mais son mérite n’est pas là. Il met au jour avec une clarté bienvenue le nœud des six derniers mois de négociations, et pourquoi, au final, ces dernières se sont achevées par une reddition de la Grèce. Ce que le FMI répète (il en est convaincu depuis longtemps), c’est que sans travail sérieux sur le poids de l’endettement public grec, aucun accord n’est réellement raisonnable. Or, quoi qu’on en dise ici ou là, rien ne laisse présager que Berlin accepte d’ouvrir sérieusement le dossier dans les prochains mois, bien au contraire. L’accord du 13 juillet sur la dette ressemble aux engagements pris en novembre 2012 : vagues et sans doute faits pour être oubliés rapidement.

 

Qui a bloqué ?

 

Dès lors, lorsque l’on revient sur le déroulé des négociations, on se rend compte que les blocages ne sont jamais réellement venus de la Grèce ou du FMI, qui demandaient précisément un accord global intégrant ce travail. Le blocage est venu des seuls partenaires qui refusaient toute discussion sur le stock de dettes grecques : les pays de la zone euro. Ce sont eux qui ont contraint le FMI à durcir sa position en exigeant davantage de garanties pour rembourser une dette délirante et, ainsi, à rejeter la proposition grecque du 22 juin, conduisant Alexis Tsipras à convoquer un référendum. Ce sont eux qui ont amené les Grecs à refuser des « réformes » stériles tant que le poids de la dette était aussi lourd. Autrement dit, à refuser une spirale du surendettement qu’ils ont finalement réussi à imposer.

 

La morale pour couvrir un montage de Ponzi

 

Les gouvernements de la zone euro, en se cachant derrière des arguments moraux qui ne soutiennent pas l’examen historique et économique (« il faut payer ses dettes »), ont ainsi imposé un nouveau tour de cavalerie financière : la Grèce s’endettera donc auprès du MES (Mécanisme européen de stabilité) pour rembourser les dettes dues à « sa » banque centrale et au FMI. Avec le rapport du FMI, c’est donc l’absurdité du nouveau « plan d’aide » à la Grèce qui éclate au grand jour. Nul besoin de s’interroger longtemps pour le comprendre : ce troisième plan ressemble furieusement aux deux précédents : faire financer ce montage à la Ponzi par des mesures d’austérité qui garantissent avec certitude l’augmentation du poids de la dette grecque et l’incapacité future de rembourser cette dette. Immanquablement, il faudra proposer un quatrième plan qui augurera d’un cinquième...

 

Pourquoi le poids de la dette a augmenté

 

On l’a souvent oublié sous la montagne de propos moralisateurs qui se sont déversés sur ce débat, mais le problème de la dette grecque, ce n’est pas son stock nominal qui a reculé depuis 2011, notamment après la restructuration de la dette privée en 2011 (le « PSI »), c’est son rapport à la richesse nationale grecque qui s’est effondré plus rapidement. Les créanciers estiment que cette baisse s’explique par un « manque de réformes. » C’est une position intenable au regard de la trajectoire des finances publiques grecques qui se sont redressées très rapidement, le pays dégageant même un excédent primaire structurel record. La réalité, c’est que ce sont ces « réformes » (en réalité des coupes aveugles) qui ont réduit le PIB et rendu insoutenable la dette. Une preuve suffira : toutes les projections d’impact de la consolidation budgétaire sur la croissance depuis 2010 ont été des erreurs grossières. Bref, c’est la logique à l’œuvre en zone euro qui a échoué. Raison de plus, pour les dirigeants européens, de la poursuivre en l’intensifiant.

 

Un plan voué à l’échec

 

Le nouveau plan échouera donc comme les autres puisqu’on se refuse à tirer les leçons du passé. C’est, pour le moment, la seule certitude dont on dispose. La volonté des créanciers de tenir en laisse le gouvernement grec en laissant les banques fermées jusqu’à la signature d’un accord et, sans doute, en laissant le financement de ses banques sous perfusion jusqu’à la réalisation des réformes, va continuer à peser sur le PIB et à maintenir les investissements et les dépenses non essentielles à l’état de projets. Dans un pays ravagé comme la Grèce, ces retards ne sont pas anodins, ils mettent en péril la croissance future. Viendra ensuite la mise en place des mesures d’austérité dans un pays où la demande intérieure est déjà comprimée, ce qui pèsera lourd sur la croissance. La Grèce, l’expérience l’a montré, affiche des multiplicateurs budgétaires importants. Certes, il y aura les 35 milliards d’euros promis par la Commission. Mais n’oublions pas que ces sommes sont en réalité dues à la Grèce. Ce n’est pas une aide, c’est une régularisation. Le poids de la dette va donc encore augmenter. Le FMI prévoit un « pic » pour cet endettement à 200 % du PIB, sachant que toutes ses prévisions passées étaient beaucoup trop... optimistes.

 

Un « fonds » de privatisation absurde

 

Sans parler évidemment de ce fameux « fonds » financé par le produit des privatisations que l’on estime à 50 milliards d’euros. Ce chiffre n’est basé sur aucune réalité. Longtemps, le gouvernement grec a demandé à ce que les privatisations soient mieux réalisées, en prenant en compte la valeur réelle des actifs vendus. On a crié au scandale, au manque de volonté. On a demandé d’aller vite. Mais dans un pays à l’économie en lambeaux comme la Grèce, obtenir rapidement des recettes élevées de la privatisation d’actifs ravagés par l’austérité budgétaire et disposant de faibles perspectives (en raison du poids de la dette) relève de l’impossible. Cela relève au mieux d’oeillères idéologiques, au pire d’une inconscience coupable. Entre 2010 et 2015, les privatisations grecques ont rapporté 5,4 milliards d’euros. Ce fonds ne sera donc pas alimenté, c’est un leurre. Mais, à coup sûr, on verra dans la non réalisation des objectifs une nouvelle preuve du manque de volonté hellénique et l’on demandera donc des coupes budgétaires supplémentaires pour compenser le manque à gagner... Et cela permettra de ne pas évoquer la dette, puisque les Grecs "ne respectent pas les règles". Ce qu’on promet à la Grèce, ce sont, comme le titrait ce mercredi 15 juillet au matin le quotidien conservateur Ta Nea, des « années de plomb. » Le maintien du pays dans la zone euro se fera donc au prix fort.

 

L’objectif réel des créanciers : cacher leurs mensonges

 

Ce n’est donc pas la « Grèce » qui a été sauvée lundi 13 juillet, ce sont les non-dits des dirigeants européens qui, pour ne pas perdre la face, pour ne pas reconnaître devant leurs électeurs leurs erreurs, sont prêts à placer un pays de la zone euro dans une position sociale, économique et politique désastreuse. L’erreur d’Alexis Tsipras aura été de croire qu’il pouvait obtenir un « accord mutuellement favorable » comme il l’a martelé pendant cinq mois. L’objectif des créanciers n’étaient pas de trouver un tel accord, c’était de dissimuler leur choix d’avoir monté un monstre financier à partir de 2010 derrière un discours moral pour empêcher d’en assumer les conséquences logiques : le renoncement à une partie de la dette grecque. Irréalisme et populisme : ces deux critiques que l’on a tant appliquées à Alexis Tsipras auraient en réalité dû s’adresser aux créanciers.

 

Faire payer les générations futures

 

Les dirigeants de la zone euro sont comme ces « grands menteurs » qui se créent des vies parallèles et doivent en permanence ajouter de nouveaux mensonges aux anciens pour maintenir la cohérence d’une vie qui, au fil du temps, devient de plus en plus intenable. Ces affaires se terminent toujours mal, car le château de cartes finit par s’effondrer. Dans le cas grec, il faudra immanquablement, d’une façon ou d’une autre, en venir à l’annulation des dettes. Si les créanciers s’y refusent, les Grecs feront défaut unilatéralement. L’irresponsabilité des dirigeants de la zone euro éclatera alors au grand jour, car leurs « plans » continuels n’auront fait qu’augmenter la facture. En attendant, tout se passe comme si ces dirigeants ne poursuivaient qu’un seul but : faire porter la responsabilité de cet inévitable moment à leurs successeurs et le fardeau de ses conséquences aux générations futures. Voici où mèneront les leçons de morale de ces dirigeants inconscients.

 

Occasion perdue

 

Décidément, la zone euro a raté, durant ce premier semestre 2015, une occasion unique. Dès les premiers moments, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances d’alors, a proclamé qu’il « ne voulait pas de l’argent des créanciers. » Son but était alors d’ouvrir un vrai débat sur la dette afin que la Grèce puisse rembourser ce qu’elle pouvait rembourser. On comprend alors mieux la haine qui l’a immédiatement entouré : il était celui qui voulait mettre à jour l’immense refoulé qu’il y a sur la dette, celui qu’il s’agit de cacher à tout prix. L’occasion d’en finir avec cette logique a été perdue. Les Grecs et tous les Européens le paieront, au final, très cher.

 

Romaric Godin 15 juillet 2015