Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1561 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

La messe n'est pas dite

Publié le 15 Juillet 2015

tant que le peuple tient les encensoirs

 

La messe n'est pas dites

Malgré le conclave parlementaire à Paris et ses clones chez les autres colonisateurs, les Grecs ne se laissent pas faire.

 

Ici, l'esprit Municho Versaillais est rayonnant.

 

Le peuple de Grèce dit MERDE à la Merkollandie.

 

Le 4 octobre 1938, la chambre des députés a approuvé l'accord de Munich , après un court débat dans lequel Daladier défendit l'accord avec véhémence, par 535 voix contre 75.

Ont voté contre : tous les communistes, Henri de Kerilis (député de droite) et Jean Bouhey (socialiste).

 

Le 15 juillet 2015, l'Assemblée Nationale a approuvé l'accord Versaillo- Munichois de Bruxelles, après un court débat dans le quel Vallsadier défendit l'accord avec véhémence,par 412 voix pour, 69 contre et 49 abstentions,

 

Ont voté contre : tous les communistes, une minorité de socialistes et une brochette de droite pour des raison antagoniques.

 

Trois EELV ont voté contre (Isabelle Attard, Sergio Coronado, Noël Mamère), neuf pour et quatre se sont abstenus. Coprésidente du groupe, Barbara Pompili, a voté pour.

 

La droite canal historique : LR était pourtant plus divisé avec 41 votes «contre» et 35 abstentions (contre 93 pour)... les contres parce que pas assez répressif contre le peuple ( pour l'antagonisme pointé pus haut).

Les dits parlementaire qui ont approuvé, pourtant le geste solidaire aurait été à coup sûr commenté, n'ont pas voté la diminution de leurs indemnités et retraites par solidarité au peuple grec.

 

Il n'ont pas eu à appuyer les privatisations là-bas par celles d'ici, grâce à Roccard, Fabius, Balladur et Jospin, c'est déjà fait, Valls n'a plus qu'à expédier les affaires courantes.

 

Chacun sait combien Canaille le Rouge ne porte pas dans son coeur les élus se disant de gauche qui ont voté non.

 

Mais là, la musique d'Aragon le rappellerait à l'ordre pour valoriser ce qui aide : "Quand les blés sont sous la grêle, fou qui fait le délicat".

 

Pas question de chercher des poux dans la tête à ceux qui ont dit non.

 

La suite dira et montrera qui fait quoi.

 

Rédigé par Canaille Lerouge