Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 917 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

« Athènes », « Bruxelles » et la « Formule Dimitrov »

 

14 Juillet 2015

Contribution provocatrice à une mise en perspective des événements qui se sont déroulés à Bruxelles les 12 et 13 juillet 2015.


Le court texte ci-dessous est constitué de quelques extraits (des pages 17, 22,23 et 24) du livre d’Alexandre Vladimirovitch Chipkov intitulé « Traditionalisme, libéralisme et néonazisme dans l’espace politique contemporain », paru au début de l’année 2015 aux éditions Aleteïa à Saint-Pétersbourg. Alexandre Chipkov est sociologue, philosophe et analyste politique, spécialisé dans les liens entre politique et Église et autour d’une dizaine d’autres ouvrages.

grece-bce-fmi

En suite des événements d’Ukraine, nous observons une résurgence du fascisme dans la politique européenne.(…) Sur le plan historique, le fascisme (…) découle des conditions et facteurs politiques et économiques du capitalisme libéral. (…)


La définition connue sous l’appellation de « formule Dimitrov » est la définition classique du fascisme. En URSS, elle était considérée comme la plus précise. « Le fascisme c’est la dictature ouvertement terroriste des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvinistes et les plus impérialistes du capitalisme financier… Le fascisme n’est pas un pouvoir qui se placerait au-dessus des classes, il n’est pas le pouvoir de la petite bourgeoisie ou encore du lumpen-proletariat sur le capital financier. Le fascisme est le pouvoir du capital financier. C’est l’organisation terroriste d’une justice sommaire envers la classe ouvrière et la partie révolutionnaire de la paysannerie et de l’intelligentsia. En politique internationale, le fascisme correspond au chauvinisme dans sa forme la plus grossière, cultivant une haine zoologique envers d’autres peuples ».

 

Dans cette définition, ce qui importe est l’établissement d’un lien direct entre le fascisme en tant qu’idéologie et le pouvoir du capital financier. De ce lien, il s’en suit que le fascisme est le prolongement d’une l’idéologie néolibérale d’ultradroite, de l’idéologie du grand capital.(…)


Le vrai fascisme (…) est lié à la lettre et à l’esprit de l’économie du capitalisme libéral mondialiste et de la société de marché. (…)


Dans tous les cas, le fascisme est dirigé contre cette partie de l’identité que l’homme ne peut changer. Cela signifie que l’homme n’a plus de choix.

 

Dans un régime autoritaire (totalitaire ?) habituel, il existe un choix : soit corriger ses opinions au sein de l’espace public, soit devenir victime du régime. A la différence, le fascisme prive l’homme de ce « soit ».

 

Illustration : http://lucien-pons.over-blog.com/tag/grece/ (carte Grèce)