Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 897 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

The Guardian : Les pourparlers de juillet qui ont sauvé l’euro par Ian Tranor

 

14 Juillet 2015

Des Balkans à la Baltique les pourparlers marathon ont tracé de profondes divisions au sein de l’Union européenne et provoqué à gauche un malaise intense sur la puissance de plus en plus brutale de l’Allemagne

4at
The Greek prime minister Alexis Tsipras


Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, diffusés à la télévision à la bourse d’Amsterdam après que l’accord a été conclu. le titre se lit: « application de l’accord est difficile. » Photo : Jerry Lampen/EPA

 

http://www.theguardian.com/business/2015/jul/13/greece-crisis-talks-saved-euro-broke-eu?CMP=fb_gu


Ian Traynor  Éditeur européen de Bruxelles

 

Lundi 13 juillet 2015 06.42 EDT   Modifié le lundi 13 juillet 2015 08.25 EDT

 

Pour tous les dirigeants impliqués, ces deux derniers jours à Bruxelles seront proclamés comme   les 48 heures qui ont sauvé l’euro. Pour beaucoup d’autres des Balkans à la Baltique, les jeux de pouvoir brutaux opposant les dirigeants européens les uns contre les autres marquera   au lieu de cela le grand dommage fait à la monnaie unique. Et  les historiens lorsqu’ils écriront les Nécrologies de l’union monétaire de l’Europe, ils seront enclin à conclure que ce fut ce week-end de juillet 2015  que la grave maladie  affligeant l’euro entra en phase terminale.

 

Il n’y a  eu aucun signe de joie à Bruxelles après ce marathon du dimanche après-midi et toute la nuit  quand dans  la matinée de lundi, lorsque les dirigeants ont émergé frippés et épuisés par un sommet de 17 heures . Ce fut en vérité la plus longue séance en continue que l’on vit jamais dans  sommet , directement précédé par cinq heures de concertation entre des ministres des finances de la zone euro réunie le dimanche et neuf heures le samedi.

 

Tout le monde était censé  remporter la victoire. Mais ils  peuvent tous se retrouver perdants. Prévisible, Alexis Tsipras, le radical grec premier ministre depuis six mois seulement , a fait valoir qu’il avait obtenu son objectif central, un programme de réduction de la dette. Pas Encore. Il a obtenu une promesse de  discussion à l’avenir sur la dette, sur des mesures d’allégement. Et Tsipras a dû renoncer à une grande partie de la souveraineté économique et financière de son gouvernement, le plus grand abandon qui existât jamais dans l’UE, afin d’empêcher la Grèce de subir un effondrement et obtenir le maximum de 86bn € (£61bn) pour trois ans.

 

L’autre protagoniste clé, la chancelière allemande Angela Merkel, a fait valoir que  dans l’accord  « les avantages l’emportaient sur les inconvénients » et que son principal objectif avait été atteint. « Les principes fondamentaux [de la zone euro] ont été maintenues ».

 

Mais sa réussite est déjà contestée à la maison et provoquera de gros problèmes au Bundestag. Sa réputation a souffert, il y a inquiétude sur sa arrière-ban,  des problèmes dans sa grande coalition avec les sociaux-démocrates et une  méfiance aiguë dans le reste de la zone euro face au chancelier allemand.

 

Der Spiegel a appelé les exigences allemandes pour sauver la Grèce « un catalogue d’horreurs ». Paul De Grauwe, un éminent économiste belge, décrit le week-end qui a « sauvé » l’euro comme les jours de l’ouverture d’une nouvelle ère : le « modèle de la future gouvernance de la zone euro en cours d’écriture à Bruxelles : se soumettre à la domination allemande ou à partir. »

 

Pour l’autre personnage clé, le Président François Hollande de la France, son exploit  a été peut-être d’arrêter ce que beaucoup craignaient, et qui était le but véritable allemand : mettre la grèce hors de l’euro à coups de pied  en plaçant la barre des conditions à un niveau  tellement élevé qu’Athènes devrait refuser et également une tentative de soudoyer les Grecs pour qu’ils partent  en leur offrant une radiation importante de leur dette  mais qui interviendrait uniquement à l’extérieur du bloc monnétaire.

 

« Il y avait une forte pression de l’Allemagne et d’autres pays pour . J’ai refusé cette option, »a déclaré Hollande.

 

Si les revendications du leader Français de sa réussite étaient justifiées, cela fut au prix seulement du soutien à la plus stricte des conditions scénarisée par Berlin, bien que prise en charge par les finlandais, les hollandais, Slovaquie et les trois pays baltes.

 

Berlin a dicté les termes et l’a fait dans  un mélange de puissance brute et de forte duplicité. La manœuvre principale est venu samedi après-midi avec la fuite tactique d’une proposition du ministère allemand des Finances vers un journal de Francfort qui a électrifié la réunion des ministres des finances et a fait peser des menaces.
Tsipras rejetait les propositions pour le nouveau plan de sauvetage, concernant 50 milliards d’euros d’actifs grecs conservés dans un fonds d’affectation spéciale en dehors de la Grèce, affiché comme garantie pour les nouveaux prêts et privatisations dont les profits seraient mis au service de la dette. Si il n’y n’avait aucun accord, le document dit que Grèce devrait être éjectée de l’euro pendant au moins cinq ans.

Depuis la crise de la dette en 2010, c’était la première fois que l’Allemagne avait ouvertement et publiquement appelé à l’expulsion d’ Athènes  ou  l’avait suspendu du bloc monnètaire.

Samedi, dévastés les fonctionnaires ont été prompts à souligner que le document allemand n’avait pas été officiellement présenté à la réunion des ministres des Finances, ni discuté. Mais lorsque les ministres ont publié leur déclaration de quatre pages dimanche sur ce qu’il fallait faire au sujet de la Grèce, ils ont inclu tous les éléments principaux du document allemand.

Le Fonds de 50 milliards d’euros s’est avéré le plus gros problème pour Tsipras et le sommet a dû être interrompu trois fois alors qu’il négociait directement avec Merkel et Hollande, avec les allemands, refusant de céder.

En fin de compte, il y a eu un compromis. La somme a été laissée à 50 milliards d’euros, mais le fonds serait établi en Grèce, pas au Luxembourg qui avait été évoqué. Un quart du produit doit être investi en Grèce, un autre quart utilisé pour le service de la dette et  la moitié restante servira pour aider à recapitaliser la Grèce qui est frappée dans son secteur bancaire, avec les actifs bancaires du  fonds qui doit être gérée par des fonctionnaires grecs supervisés par les créanciers étrangers.

En effet, on dit de fonctionnaires de l’UE, des agents étrangers faciliteront la vente de banques grecques aux étrangers.

Si Tsipras devais manger son chapeau, cela a empiré. Les deux mots plus haïs dans le lexique de  Syriza sont « troïka » et « memorandum » – ce qui signifie le trio des créanciers de la commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire International, et en  petits  caractères les engagements d’austérité nécessaires pour se qualifier pour le plan de sauvetage.

Tsipras a été élu en janvier en déclarant la troïka et le memorandum mort.

Accord de lundi stipule que le nouveau plan de sauvetage seront assujettis à un nouveau memorandum et elle envisage des pouvoirs renforcés pour la troïka, avec des surveillants sur le terrain à Athènes ayant droit de veto sur toutes les lois pertinentes pour le plan de sauvetage et avec Tsipras promettant de revoir toutes les lois promulguées au cours des six mois.

La situation en Grèce  était devenus si critique de ce week-end historique que tous les principaux acteurs étaient face seulement de mauvais choix. Ça va aller bien pire en Grèce que cela s’améliore, tandis que l’ attitude impitoyable de Merkel en matière de pouvoir politique inquiète beaucoup sur la direction que prend l’Europe .

Il est difficile de discerner les gagnants d’une longue et triste saga de la mauvaise gestion et de perte de confiance qui empoisonne la politique européenne.