Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1078 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

VAROUFAKIS: Cet accord sonne comme UN NOUVEAU TRAITÉ DE VERSAILLES

 

13 Juillet 2015


(interview ABC radio australienne)

 

Dans sa première interview depuis sa démission plus tôt ce mois-ci, l’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a décrit l’ accord a 86 milliards de sauvetage approuvé par le Premier ministre Alexis Tsipras comme « un nouveau traité de Versailles ».

 

Dans le coup d’état du choix de l’arme utilisée pour faire baisser la démocratie était alors les tanks. Eh bien, cette fois, ce sont les banques.

 

YANIS Varoufakis:

 

‘Ceci est la politique de l’humiliation, dit-il a Late Night Live. ‘La troïka a fait en sorte de lui faire manger chaque mot qu’il prononçait dans la critique de la troïka au cours des cinq dernières années. Non seulement pendant ces six mois, nous avons été dans le gouvernement, mais dans les années avant cela.

 

« Cela n’a rien à voir avec l’économie. Il n’a rien à voir avec la mise de la Grèce sur la voie de la reprise. Ceci est un nouveau traité de Versailles qui hante à nouveau l’Europe, et le premier ministre le sait. Il sait qu’il est damné s »il le fait et il est damné s’ il ne le fait pas ».

 

L’accord, a accepté de lundi après 17 heures de discussions avec les dirigeants de la zone euro, contient des conditions difficiles, y compris la réduction des retraites, des augmentations d’impôt et le mouvement des biens publics dans un fonds fiduciaire pour la recapitalisation des banques grecques.

 

M. Varoufakis rejeté l’accord dans les termes les plus forts possibles, la comparant au coup d’Etat de 1967 qui a installé une dictature militaire dans la nation méditerranéenne.

 

« Dans le coup d’état le choix de l’arme utilisée pour faire baisser la démocratie était alors les tank. Eh bien, cette fois, ce sont les banques. Les banques ont été utilisés par des puissances étrangères de prendre le contrôle du gouvernement. La différence est que cette fois ils prennent plus de tous les biens publics ».

 

M. Varoufakis a suggéré que M. Tsipras puisse appeler des élections anticipées plutôt que de présenter l’affaire devant le parlement grec, en disant qu’il serait « très surpris » si M. Tsipras voulait rester Premier ministre.

 

Il a insisté, cependant, sur le fait que lui et M. Tsipras restait en bons termes, et qu’il a gardé un profil bas la semaine dernière afin de soutenir M. Tsipras et son successeur au ministère des finances, Euclide Tsakolotos.

 

« J’ai sauté plus qu’on ma poussé, dit M. Varoufakis, décrivant sa démission au lendemain du « non » lors du référendum sur 6 Juillet sur des conditions similaires à celles acceptées lundi.

 

« Je suis entré dans le bureau du premier ministre exalté. Je voyageais sur un beau nuage poussé par les vents du belle enthousiasme du public pour la victoire de la démocratie grecque au référendum. Le moment ou je suis entré dans le bureau du premier ministre, je sentais immédiatement un certain sentiment de résignation, une atmosphère chargée négativement. Je fus confronté à un air de défaite, qui était complètement en désaccord avec ce qui se passait à l’extérieur.

 

« À ce point j’ai du dire au premier ministre:« Si vous voulez utiliser le buzz de la démocratie à l’extérieur des portes de ce bâtiment, vous pouvez compter sur moi. Mais si, d’autre part vous vous sentez comme si vous ne pouvez pas gérer ce majestueux «non» face à une proposition irrationnelle de nos partenaires européens, je vais tout simplement m’envoler dans la nuit. 

 

L’ancien ministre des Finances a également décrit les préparations secrètes du gouvernement grec pour imprimer drachmes dans le cas du pays serait contraints de quitter l’euro.

 

« En tant que gouvernement responsable, sachant très bien qu’il y avait une alliance très importante au sein de l’Eurogroupe dont le but était de nous jeter dehors de l’euro, nous avons dû faire face à l’éventualités, dit-il. « Nous devions avoir une petite équipe de personnes dans le secret qui créerait le plan au cas où nous aurons été obligés de quitter l’union monétaire connue sous le nom de la zone euro. »

 

« Bien sûr, il y a une énigme ici. Une fois ce plan commence à être mis en œuvre, une fois que vous commencez à partir de cinq personnes travaillant dessus- vous sautez vite à 500  personnes ce qui est le minimum dont vous avez besoin pour mettre en œuvre ce qui devient donc de notoriété publique. Le moment où il devient de notoriété publique, le pouvoir de la prophétie crée une dynamique qui lui est propre … On n’a jamais fait la transition de cinq à 500. On n’a jamais senti que nous avions un mandat pour le faire. On n’a jamais prévu de le faire. Nous avons eu la conception sur papier mais cela n’a jamais été activé.

 

M. Varoufakis dit qu’il restera comme un simple député dans le parlement grec, où il a « beaucoup plus de marge de manœuvre et de dire la vérité ». Il a toutefois averti que l’austérité va encore enhardir l’extrême droite du pays.

 

« Au Parlement, je dois rester en regardant le côté droit de l’auditorium, où siègent 10 nazis, représentant la l’aube dorée. Si notre parti, Syriza, qui a cultivé tant d’espoir en Grèce … si nous trahissons cette espérance et inclinons nos têtes à cette nouvelle forme d’occupation postmoderne, alors je ne vois pas d’autre issue possible que la poursuite du renforcement de l’aube dorée. Ils hériteront le manteau de la campagne anti-austérité, tragiquement.

 

« Le projet d’une démocratie européenne, d’une union démocratique européenne unie, vient de subir une catastrophe majeure .»

 

(traduction vite fait bien fait gillou garou)


source:

Greek bailout deal ‘a new Versailles Treaty’, says Yanis Varoufakis in first post-resignation…

 

In his first interview since resigning as Greek finance minister, Yanis Varoufakis took aim at Greece’s creditors, revealed the extent of the country’s preparations…

 

abc.net.au


Commentaire de B.T:  Varoufakis "a toutefois averti que l’austérité va encore enhardir l’extrême droite du pays." Refuser l'hypothèse de sortie de la zone Euro, n'est-ce pas nous aussi, se faire les meilleures porteurs d'eau du FN ???