Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1001 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Les seniors grecs face au « choc » de la crise : « C’est comme une guerre »

 

 

Le Monde.fr | 13.07.2015 à 16h20 • Mis à jour le 13.07.2015 à 16h28 | Par Elisa Perrigueur (envoyée spéciale)

On les voit plus rarement sur la place Syntagma exprimer leurs inquiétudes. Une partie des retraités grecs, silencieux, dissimulent toutefois une colère sourde. Les seniors ont vécu le déclassement de leur pays comme une situation brutale et inédite. Ils observent, amers, les nouvelles générations frappées par le chômage et la désillusion.

 

 

Charalambos Tsavimos
Charalambos Tsavimos, retraité de 60 ans, a travaillé au sein de Ethniki Bank plus de 35 ans. Comme tous les jours depuis le 28 juin, Il retire ses 60 euros. Cet argent lui sert a acheter des médicaments et aider sa famille.
Charalambos Tsavimos, retraité de 60 ans, a travaillé au sein de Ethniki Bank plus de 35 ans. Comme tous les jours depuis le 28 juin, Il retire ses 60 euros. Cet argent lui sert a acheter des médicaments et aider sa famille. Max Gyselinck pour « Le Monde »

Les dernières semaines ont été un « choc » pour Charalambos Tsavimos. L’homme de 60 ans a observé avec angoisse les files d’attente devant les distributeurs de billets. « En 1974, après la dictature, les banques avaient fermé, se souvient-il, mais c’était quelques jours seulement ». Charalambos connaît bien le système bancaire grec. De ses 18 à 56 ans, il a travaillé au sein d’Ethniki Bank. Chaque jour depuis le 28 juin, ce retraité retire ses 60 euros. « Ou plus souvent cinquante, car maintenant, beaucoup de distributeurs manquent de billets de dix ». L’argent sert, « pour acheter des médicaments pour ma mère de 89 ans, aider ses enfants, acheter de la nourriture ». Il parle d’un ton las et ferme longuement ses paupières.

 

Tout calculer, chaque jour

 

Sur le papier, Charalambos a un profil aisé. Sa pension de retraite est « confortable » : 1 800 euros par mois. Avant 2012, elle s’élevait à 2 500 euros. Mais chaque mois, il opère un contrôle méticuleux des dépenses.« Nous vivons à cinq sur cette pension », explique-t-il. Sa femme ne touche plus de retraite. Deux de ses enfants de 22 et 25 ans vivent à son domicile, dans le quartier de Patissia, au nord d’Athènes. L’un est étudiant, l’autre ne travaille pas. Un autre de ses enfants, diplômé, est parti vivre avec sa copine, il est au chômage. Le père essaye de les aider, environ 200 euros par mois. Seul un de ses enfants travaille : il s’est exilé à Londres.

 

Charalambos constate qu’il n’y a pas vraiment de solution. « On vivait bien, j’ai une épargne de côté, mais maintenant, comment rebondir ? Il n’y a plus de travail pour [la jeune] génération ». Au regard de cette crise, le Grec dit regretter les années « d’autosuffisance » du pays : « Nous n’avions pas énormément d’argent sous la dictature, notre vie s’est améliorée en 1981 [avec l’entrée dans l’Union européenne], mais parallèlement, nous avons commencé à perdre notre production agricole (près d’un tiers de la population vivait de l’agriculture). Maintenant on importe des produits qu’on cultivait ! C’est un problème. »

 

« Le non était une illusion »

 

Charalambos Tsavimos a voté non au référendum du 5 juillet 2015. Pourtant, rien n’a changé, ce non aux réformes était une « illusion », peste-t-il. Celui qui vote aujourd’hui KKE (communiste) après avoir voté successivement pour les conservateurs de la Nouvelle Démocratie, puis les socialistes du Pasok n’a « pas confiance en Syriza pour faire face à la situation avec les créanciers ». Aujourd’hui, « les masques tombent. Ce nouveau mémorandum (issu de l’accord conclu à Bruxelles, lundi 13 juillet) n’est pas une surprise. Ce sera encore un cercle vicieux, il faudra rembourser cette dette insoutenable. Dans dix ans, nous en serons toujours au même point ».

 

Diniosis Baltsavia
Diniosis Baltsavias, 75 ans, vit avec son petit-fils de 18 ans. Depuis deux ans, ils vivent sur sa pension de retraite (732 euros mensuels).
Diniosis Baltsavias, 75 ans, vit avec son petit-fils de 18 ans. Depuis deux ans, ils vivent sur sa pension de retraite (732 euros mensuels). Max Gyselinck pour « Le Monde »

Dans son appartement situé dans le quartier de Victoria, à Athènes, les souvenirs de toute une vie sont soigneusement exposés. Sur la table, des komboloi (chapelets), des bijoux, des bibelots d’une autre époque. Au mur, un arbre généalogique et d’innombrables photos de famille. « Il y a un dicton en Grèce : “La patrie, la religion, la famille.” Cette dernière est ce qui nous sauve. » Pour Diniosis Baltsavias, 75 ans, à la retraite depuis 10 ans, ce « ciment » a permis de mieux traverser la « sale période ». Le vieil homme est très proche de son petit-fils de 18 ans, venu vivre chez lui il y a deux ans pour des raisons financières. L’ancien styliste, qui porte une chaîne en or et de grosses bagues, soupire beaucoup lorsqu’il évoque ces dernières années. Il s’est habitué à voir « les hôpitaux en sous-effectifs, la fermeture des pharmacies, la détérioration du système d’éducation ». Désormais, Diniosis a peur de la pénurie. « En Grèce, nous n’avons pas toujours été riches, notre système n’a pas toujours été stable, mais nous n’avions pas de manques. »

 

Amertume à l’égard de l’Allemagne

 

Avec son petit-fils, ils vivent sur sa pension de retraite de 732 euros mensuels. « Heureusement que les personnes âgées aident les jeunes, je connais plusieurs familles où ils vivent sur la pension d’une seule personne. » La subvention part « dans la nourriture, les vêtements, les études et les cigarettes », que le septuagénaire consomme en masse. Son petit-fils vient d’obtenir ses panellinies, l’examen qui lui ouvre les portes vers des études supérieures. Mais Dionisis est pessimiste. « Il y aura une génération perdue. Pour moi, cela n’a plus d’importance, mais que puis-je espérer pour mon petit-fils ? » Il ajoute : « Je ne veux pas qu’il parte de Grèce. Nous n’avons que peu de maisons de retraite. »

 

Un sentiment d’amertume a grandi chez ce retraité ces dernières années, à l’égard de l’Allemagne. Il insiste sur la dette de guerre datant de la seconde guerre mondiale – « ils nous doivent 162 milliards d’euros » –, et tire volontiers des liens entre présent en passé « L’occupation allemande [entre 1941 et 1944] a déjà été très violente, aujourd’hui, je ressens comme une autre pression de l’Allemagne, dans les discours, dans les ordres, sur les commentaires de notre dette. On nous humilie. » Pour lui, « dans cette Europe, l’Allemagne est au-dessus de tous, de la France, de l’Italie… ». Dionisis, qui votait pour le Pasok puis des petits partis centristes avant les années 2000, se dit séduit par Syriza et Alexis Tsipras, « un très bon homme politique qui veut changer les choses ». Il a voté non au référendum, « contre l’austérité et pour un retour à la drachme », assume-t-il. L’ancien styliste se souvient que lorsque le pays est entré dans l’Union européenne, il était déjà« sceptique ». « On nous a expliqué que cela allait être le paradis. » Aujourd’hui ? « J’ai perdu mon optimisme, je veux qu’on parte, pas de l’Europe mais de la zone euro. Cela nous a fait trop de mal sur ce long terme, économiquement et mentalement. On veut respirer. »

 

Elissavet Mitarachi
Elissavet Mitarachi, ancienne salariée d’une maison d’édition : « D’un seul coup la vie de tout le monde a changé. C’est comme une guerre, on ne sait pas ce dont les lendemains seront fait. »
Elissavet Mitarachi, ancienne salariée d’une maison d’édition : « D’un seul coup la vie de tout le monde a changé. C’est comme une guerre, on ne sait pas ce dont les lendemains seront fait. »Max Gyselinck pour « Le Monde »

Chaque samedi, Elissavet Mitarachi se rend au somptueux café Peros, sur la place du quartier chic de Kolonaki. Apprêtée, soigneusement maquillée, elle sirote son café frappé dans son grand siège blanc. Sous son air serein, cette femme d’un milieu aisé est rongée par l’angoisse. Cette ancienne salariée d’une maison d’édition, cligne ses yeux fardés, parle d’une voix rauque et lente et évoque régulièrement « la crise ». « D’un seul coup la vie de tout le monde a changé. C’est comme une guerre, on ne sait pas ce dont les lendemains seront faits. »

 

Elle parle des « besoins en nourriture », des petites cagnottes qui se multiplient sur les comptoirs des caissières des supermarchés, de « la mairie [et des] églises qui fabriquent des milliers de repas par jour ». Elle qui a connu des périodes douloureuses comme la dictature des colonels, de 1967 à 1974, se souvient qu’à l’époque : « Il y avait de la pauvreté, mais aujourd’hui c’est de la misère qu’on voit en Grèce. »

 

« Je suis née en Grèce, je suis Européenne »

 

Elissavet reste aussi marquée par le « déclassement » et « les injustices » : « Injuste, tous ces gens renvoyés ; injuste, les pensions qui baissent pour les retraités… » Elissavet touche une petite pension (dont elle ne mentionne pas le montant), mais vit surtout de ses rentes. Elle n’ose pas se comparer aux plus démunis, mais explique comment ses actions ont perdu de la valeur, comment son local de bureau en banlieue d’Athènes, qu’elle louait auparavant avec succès, cherche preneur depuis deux ans.

 

Elissavet s’est réjouie en 1981 lorsque le pays est entré dans l’Union européenne, puis en 2001 quand l’euro a remplacé l’ancienne monnaie, la drachme. « L’Europe nous a transformés et renforcés, elle nous a prêté beaucoup d’argent ce qui a permis un développement régional ». Elle se souvient quand les Grecs étaient les« réfugiés économiques », lorsqu’elle voyageait à Londres par exemple. « Durant les dernières décennies nous sommes nous-même devenus une destination économique pour les Albanais par exemple ». Lorsque le parti Syriza a proposé un référendum sur les propositions des créanciers, l’angoisse de celle qui vote à droite est montée. A l’approche du référendum Elissavet s’est rendue dans les manifestations pro-euro, d’un genre nouveau, place Syntagma à Athènes. Elle aurait vécu la sortie de la zone euro comme « un abandon » : « Je suis née en Grèce. Je suis Européenne ». Et de regretter cette épreuve de force avec les partenaires du pays :« Ces six derniers mois de négociations avec les créanciers ont joué contre la Grèce, l’attente a empiré la situation. Si on avait fait un accord dès le début cela aurait été mieux. »

 

 

  • Elisa Perrigueur (envoyée spéciale)
    Journaliste au Monde