Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 972 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Ce qu'ils ont osé faire : le pire est en route

Publié le 13 Juillet 2015

Notre gouvernement y participe.

L'UE va imposer à la Grèce

un remake de l'emprunt forcé

 

Ce qu'ils ont osé faire : le pire est en route

Merkel, Schäuble les places financières de l'UE déclarent la guerre au peuple grec et lui confisquent ses richesses.

 

La France est complice active de l'agression. qui ne seront rendu non pas par la taxation du capital dont les armateurs, mais par les privatisations. C'est le modèle économique de l'UE aujourd'hui Athènes, demain Lisbonne Rome Madrid ET Paris. 

 

Le 22 septembre 1938 Gabriel Péri écrivait dans l'Humanité : "Nous n’écrirons pas que l’accord de Munich a sauvé la paix. Nous enregistrons que M. Daladier vient de souscrire au dépècement d’un peuple libre."

 

Ce n'est pas la Tchécoslovaquie mais la Grèce.

 

Remplaçons Daladier par Hollande, Sapin, Moscovici et nous aurons la maille du linceul qui va enserrer le peuple grec.

 

5 octobre 1938, toujours Péri, à la Chambre des députés, toujours à l'égard de la signature des accords de Munich « Vous avez accompli quelque chose de plus grave, vous avez tué cet élément de la force des démocraties, la confiance des peuples. Vous venez de démontrer au monde qu'il était imprudent et dangereux d'être l'ami de la France. ... »

 

Remplacez Munich par Bruxelles et France par "UE dont la France", le décodeur est opérationel.

 

Ils n'en sont pas à envoyer l'Eurocorps pour imposer le paiement, mais c'est dans le tube.

 

Mis sous la pression de la BCE et ses banksterspour conditionner un remboursement de 1,7 milliards au FMI, la Grèce subit une nouvelle agression : les politiques qui servent la Finance décide de raffler 50 milliards d'actif d'un pays exangue.

 

A-t-on déja vu mettre sous séquestres les avoir internationnaux des USA pour rembourser son déficit qui est payé par la Planète ? C'est ce que viennent de faire ce dimanche les mercenaires du capital toute tendance et nationalités confondues.

 

Imagine-t-on de mettre Siemens, BMW etc sous séquestre pour rembourser à la Grèce les milliards du pillage allemand des années 40-45, d'obliger la GB qui s'est portée caution de ce non remboursement à être solidaire en leur imposant les mêmes méthodes ?

 

Il faut le dire, gravement et fermement, ce qui c'est passé ce 12 juillet est d'une gravité majeure. C'est d'une agression qu'il s'agit.

 

http://www.lesoir.be/934374/article/actualite/union-europeenne/2015-07-12/une-mise-sous-tutelle-50-milliards-d-actifs-grecs-pour-arracher-l-accord-al 

 

information "le soir" de Belgique, ni le garofi pas le Hérisson.

 

Le Monde, à Paris disant "l'UE attend plus d'Athènes"

 

Attend quoi de plus ? 

 

Si cette piste devait être la voie définitivement adoptée, mettre par décision de diktat sous la tutelle des pilleurs les actifs d'un pays victime de ces même pilleurs, serait une des pires solutions envisageables, pesons les mots, une solution criminelle qui accumulerait des nuées durables et mortifères pour la paix sur tout le continent.

 

Que le PS et ceux qui soutiennent sa démarche cautionnnent.

 

Cela en fait des criminels de même niveau. Ils acceptent en conscience d'ouvrir la porte aux réactions du pire nationalisme blessé par ce déni majeur de souveraineté. 

 

En français "je confisque vos comptes en banque et maintenant vous devez me payer, démerdez-vous".

 

Cela s'appelle une spoliation. 

 

Dans les repères historiques, c'est un remake du traité de Versailles qui mettra le pied à l'étrier au fascisme en réprimant ou en écoeurant la parti la plus lucide d'un peuple et en alimentant la colère de la moins politisée vers des reflexes de haine.

 

Après l'Ukraine, une stratégie de se dessine : le capital fait le choix du fascisme et encore une fois vu les signataires de l'accord, la social démocratie lui sert la soupe. 

 

Ceux qui trempent dans cette saleté, veux qui le sachant ne la combattent pas, prennent une décision dont ils devront assumer au prix fort toutes les conséquences.On ne déclare jamais impunément la guerre aux peuples ; sa colère sait être terrible. 

 

A chacun de choisir son camp, Canaille le Rouge a choisi de combattre les spoliateurs.

Reste une question qu'il va falloir poser ? Si tous les pays du monde sont endettés? A qui doivent-ils de l'argent? Ne sont-ce pas là les maitre du monde qu'il faut abattre ?

 

Rédigé par Canaille Lerouge