Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 954 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Sur les résultat du référendum, des centaines de milliers de personnes ont appuyé la proposition du KKE

 

Déclaration du KKE

 

par  communistes 

Enregistrer au format PDF

Le 5 Juillet 2015, un référendum a eu lieu en Grèce. La question posée était de savoir si les citoyens étaient d’accord ou non avec le projet d’accord, présenté par l’UE-FMI-BCE, qui poursuivra les mesures anti-populaires pour un montant de 8 milliards d’euros. 

 

La majorité gouvernementale de SYRIZA-ANEL a rejeté la proposition du KKE que le projet d’accord du gouvernement soit soumis également à l’avis du peuple grec au référendum, en même temps que la question de l’abolition de toutes les lois anti-sociales adoptées au cours des dernières ans et la question du désengagement de l’U.E.

 

Dans le même temps, le gouvernement de coalition a expliqué que le NON au référendum serait interprété par le gouvernement comme une approbation de son propre projet d’accord avec l’UE-FMI-BCE, qui dans ses 47 + 8 pages comprend également des mesures antisociales dures, d’une valeur d’environ 8 milliards d’euros.

 

Dans ces conditions, le KKE a appelé les travailleurs à tourner le dos au faux dilemme qui était posée dans le référendum, en utilisant tous les moyens appropriés. Les forces du KKE, en dehors des bureaux de vote, on diffusé aux électeurs un bulletin de vote qui disait : 


- NON À LA PROPOSITION DE LA UE-FMI-ECB


- NON À LA PROPOSITION DE LA GOVERNMENT


- DÉSENGAGEMENT DE L’UE, avec les gens dans POWER

 

Bien sûr, il était clair que ce bulletin de vote serait compté comme un bulletin nul, mais avec les bulletins de vote blancs et l’abstention, il constitue un courant politique qui conteste les choix du gouvernement SYRIZA-ANEL comme des organisations impérialistes, avec qui le gouvernement est en train de négocier pour les besoins du capital en Grèce

 

Il faut noter qu’avec les partis de la coalition gouvernementale (SYRIZA-ANEL) les fascistes d’Aube dorée ont également pris position en faveur du NON, ainsi que d’autres petits groupes nationalistes et d’ultra-gauche, comme ANTARSYA.

 

De l’autre côté, l’opposition de droiteND, le PASOK social-démocrate qui a gouverné jusqu’en Janvier 2015, avec ses Potámi, KIDHSO (le parti de l’ancien Premier ministre G. Papandreou) et d’autres petites forces politiques bourgeoises ont pris position en faveur d’un OUI dont ils déclaraient qu’il serait interprété comme un consentement à « rester dans l’UE à tout prix ».

 

Les résultats finaux sont les suivants :

 

Dans ses premières déclarations après l’annonce du résultat, D. Koutsoumpas, le secrétaire général du CC du KKE a salué les milliers de personnes qui ont répondu à l’appel du KKE et ne se sont pas soumis au dilemmes de chantage, c’est à dire ceux qui ont choisi le bulletin de vote proposé par le KKE dans l’urne, une proposition que le gouvernement a refusé au parlement de mettre au vote, privant les gens du droit de s’en servir d’une manière massive dans le scrutin.

 

Il a noté que par rapport à la question douteuse de ce référendum hâtif, une partie du peuple a réussi à surmonter son trouble et sa déception et à donner une première réponse, avec le bulletin de vote nul, et aussi avec le bulletin blanc, certains choisissant l’abstention pour la même raison.

 

Le SG s’adresse en particulier à ceux qui ont choisi le NON, pensant que de cette manière ils pourraient arrêter l’austérité, qu’ils pouvaient répondre aux mesures anti-sociales et aux mémorandums. Il les a appelé à ne faire preuve d’aucune complaisance et à ne pas consentir à l’effort du gouvernement de transformer ce NON en un OUI pour de nouveaux accords anti-sociaux. Il a souligné que le KKE leur tend la main pour les luttes contre la détérioration de leurs vies qui débuteront le lendemain de ce référendum.

 

Le KKE a lancé un appel militant similaire à ceux qui ont choisi le OUI sous la pression des grands employeurs, en raison de la peur sur les banques et la peur des conséquences pour leurs salaires, pensions et petites épargnes.

 

Le KKE note que les négociations promises par M. Tsipras, sur la base de sa proposition, conduiront inévitablement à un nouveau memorandum plus mauvais.

 

La situation met en évidence la nécessité pour le mouvement et notre peuple de choisir la proposition du KKE d’une voie populaire de sortir de la crise d’une manière massive et déterminée. Le KKE sera en première ligne de toutes les luttes de notre peuple dans la période à venir, du renforcement, dès demain, de la ligne de lutte anti-capitaliste et anti-monopole, du rassemblement autour du KKE.

 

 

Voir en ligne : traduction PAM pour lepcf.fr