Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1304 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Grèce : pourquoi la question de la dette est désormais centrale

 

 Alexis Tsipras doit à présent négocier un accord sur la dette

Alexis Tsipras doit à présent négocier un accord sur la dette (Crédits : © Paul Hanna / Reuters)

 

Romaric Godin, à Athènes  |  

 

Pour maintenir sa majorité, Alexis Tsipras doit, d'ici à jeudi, éviter de faire de nouvelles concessions aux créanciers, mais aussi obtenir un accord sur la dette. Une tâche difficile.

 

Les larges concessions acceptées par Alexis Tsipras pour obtenir un accord avec les créanciers dès ce jeudi 25 juin ont conduit la gauche de Syriza à faire part de sa mauvaise humeur, ce mardi matin en Grèce. Dans une interview accordée à Die Zeit, le député et économiste Costas Lapavitsas, une des principales figures de cette aile gauche, ne refuse pas explicitement ces concessions, mais il prévient qu'il ne votera pas de « nouvelles mesures d'économies » et fait clairement savoir sa préférence pour une sortie de l'euro. De son côté, le vice-président du parlement Alexios Mitropoulos a prévenu, à la radio ce mardi 23 juin au matin, que la proposition grecque ne sera pas adoptée au parlement telle quelle.

 

Moins de lignes rouges, moins de majorité


Rien d'étonnant à cette révolte : les « lignes rouges » d'Alexis Tsipras avaient précisément pour vocation de maintenir l'unité interne de Syriza. Une fois ces dernières largement écornées, les tensions internes au parti renaissent logiquement. Le but principal des créanciers, celui de contraindre le premier ministre hellénique à devoir s'allier avec les centristes de To Potami, voire avec la droite au parlement, a donc à nouveau ses chances. Pour éviter un tel scénario, Alexis Tsipras  devra convaincre la gauche de Syriza que ses reculs sont non seulement nécessaires, mais qu'ils permettent de remplir les principaux objectifs du parti.

 

Comment maintenir la majorité d'Alexis Tsipras

 

Dans son interview à Die Zeit, Costas Lapavitsas résume ces conditions : pas de politique d'austérité, un plan de restructuration de la dette publique et un plan d'investissement. Alexis Tsipras peut toujours prétendre que, malgré ses concessions, il aura évité le pire en réduisant la facture demandée par les créanciers. A condition que, d'ici à jeudi, aucune nouvelle exigence ne naisse du côté des créanciers. Concernant le plan d'investissement, Jean-Claude Juncker, soucieux de passer pour bienveillant sur la Grèce, propose un plan d'investissement (qui reste à définir, sera-ce de l'argent réel ou inclut-il un « effet de levier ») de 35 milliards d'euros. Reste alors la question, désormais centrale, de la dette.Les leaders européens, lundi soir, ont exclu toute négociation sur la dette. Or, on le comprend, Alexis Tsipras ne peut réellement « vendre » au parlement un accord sans un plan sur la dette. Selon une source gouvernementale grecque, "nous insistons sur un règlement de la dette, il sera inclus dans l'accord".Mais cet optimisme devra être confronté à la logique européenne, notamment allemande, qui, depuis le premier jour, refuse d'évoquer le sujet. Au mieux, Alexis Tsipras pourrait arracher une promesse de restructuration "plus tard, lorsque la confiance sera revenue". La même qu'avait obtenu son prédécesseur Antonis Samaras en novembre 2012, sans qu'elle ne soit suivie d'effet...

 

La dette, une question centrale

 

Pourquoi cette question de la dette est-elle centrale, alors que la dette aux Etats européens n'est remboursable qu'à partir de 2020 ? Parce qu'accepter des mesures d'austérité sans restructuration de la dette ferait revenir la Grèce entièrement à la logique précédente où les excédents budgétaires ne servaient qu'au remboursement éternel des créanciers.Autrement dit, l'économie grecque serait ponctionnée pendant des années par des taxes et plombée par des mesures budgétaires restrictives (l'excédent primaire doit être de 3,5 % du PIB à partir de 2018 dans le nouvel accord) afin de rembourser les créanciers. Ce serait, en pire, la situation italienne depuis le milieu des années 1990 où les excédents primaires se succèdent et conduisent à un affaiblissement de la croissance qui, à son tour, rend les excédents primaires encore plus nécessaires... Un cercle vicieux qui laisserait l'économie grecque, malgré les investissements Juncker et l'assouplissement quantitatif de la BCE, dans des tourments infinis, la Grèce n'ayant pas, comme l'Italie, un secteur exportateur fort.

 

Eviter le « coup d'Etat financier »

 

Mais cette logique ne prévaut guère devant celle des créanciers qui peut se résumer par ces mots : « pas un euro des contribuables aux Grecs. » La tâche désormais du gouvernement grec d'ici à jeudi est d'arracher un accord sur la dette afin de maintenir dans la majorité le plus de députés de Syriza possible et éviter que les créanciers ne réussissent à obtenir ce qu'ils cherchaient depuis le début : la destruction de la majorité du premier ministre. Reste à savoir ce qu'Alexis Tsipras fera s'il n'y parvient pas...