Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 605 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

La Grèce à l'heure des choix, entre la peste ou le choléra

 

Les drapeaux
 
Les drapeaux

Note Pcfbassin : Voilà une communiste digne de ce nom très de nos chamallow hexagonaux

 

La vice-présidente du parti de gauche allemand Die Linke Sahra Wagenknecht pense que les organismes internationaux n’ont qu’un seul objectif : mettre le couteau sous la gorge du gouvernement grec.

 

Sahra Wagenknecht est connue pour ses déclarations étonnantes qui vont à l’encontre de la position officielle du parti au pouvoir en l’Allemagne. Cette fois, elle a annoncé dans une interview à RT que malgré la bonne volonté d’Athènes. Le pays se trouve au bord  du défaut à cause des organisations internationales qui feraient tout pour ne pas approuver son plan de réformes.

« Je crois que le gouvernement d’Alexis Tsipras ne peut pas assumer ses responsabilités. Il essaye de montrer sa bonne volonté, de payer les dettes, de mener des négociations. Mais la Commission européenne, le FMI, la BCE, tous partagent le seul objectif : mettre le couteau sous la gorge de ce gouvernement », a-t-elle annoncé.

 

La Grèce va de Charybde en Scylla

 

Syriza symbolise la liberté du peuple grec qui s’est révolté contre la dictature financière.  Le nouveau gouvernement a pour but de changer les choses sans renoncer à l’euro, mais les créanciers et les chefs de gouvernements européens ne sont pas aussi optimiste.  Sahra Wagenknecht est persuadée que la Grèce se trouve dans l’impasse. Quoique la Grèce décide, la faillite politique ou économique est garantie.

Le bilan grec
 
Le bilan grec
 

« Si le gouvernement grec accepte un autre programme d’austérité, cela le mènera au suicide politique. S’il n’accepte pas ce programme, personne ne conclura aucun marché avec lui. Nous comprenons que les Grecs ne veulent pas quitter la zone euro. Une nouvelle monnaie aura du mal à trouver une place sur le marché financier. Elle aurait une valeur très faible. La Grèce est dépendante de ses importations, en particulier les livraisons énergétiques, alimentaires et médicales. Dans un tel cas, il sera compliqué de payer tous ces produits. Bien sûr la Grèce est très inquiète, c’est pour cela qu’elle fait tout pour se maintenir à flot », a-t-elle précisé.

 

Cette semaine est arrivé le moment décisif pour la Grèce. Aujourd’hui, l’Eurogroupe a repoussé la prise sa décision à la fin de la semaine. Pour le moment, la majorité des dirigeants de la zone euro ont du mal à voir comment un accord peut être conclu.