Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1301 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Vendredi 19 Juin 2015

Quand l'Eurogroupe refusait à la Grèce le droit de lutter contre la pauvreté



Mars 2015

Le siège de l'exécutif européen, a exigé du gouvernement grec qu'il stoppe purement et simplement le processus législatif visant à faire adopter un projet de loi sur « l'urgence humanitaire. »

Si l'on veut réellement comprendre la nature des discussions entre la Grèce et ses créanciers (puisque c'est bien ainsi que se présentent désormais les « partenaires » européens du pays), l'information révélée mardi 17 mars au soir par la chaîne de télévision britannique Channel 4 est fort éclairante.

Selon Paul Mason, son journaliste, la directrice des affaires économiques et financières à la Commission européenne, autrement dit, un fonctionnaire de Berlaymont, le siège de l'exécutif européen, a exigé du gouvernement grec qu'il stoppe purement et simplement le processus législatif visant à faire adopter un projet de loi sur « l'urgence humanitaire. » Les fonctionnaires européens auraient également mis leur veto sur le projet de loi concernant la restructuration des arriérés fiscaux.

LE PIÈGE TENDU PAR L'EUROGROUPE

 

Cette exigence est un révélateur. D'abord, du piège dans lequel les Européens ont tenté d'attirer la Grèce. En effet, cette question de l'urgence humanitaire a toujours été mise en avant par Athènes dans sa liste de réformes prioritaires à mettre en place, que ce soit celle du 23 février ou celle du 6 mars.

Mieux, la liste du 23 février avait été considérée par l'Eurogroupe comme une base de discussion valable. Autrement dit, la question de la lutte contre la pauvreté était acceptée par les Européens eux-mêmes comme une question d'importance et comme une « réforme » à mener.

En réalité, il semble qu'il ne s'agissait que de faire entrer les Grecs dans un processus de « négociations » où, grâce à l'urgence des besoins de financement du pays, on espérait bien faire renoncer le gouvernement Tsipras à l'essentiel de son programme, notamment à la lutte contre la pauvreté. C'est la stratégie décrite comme celle du « nœud coulant » par le Premier ministre grec lui-même.

Bruxelles estime que la Grèce n'a plus les moyens de négocier, compte tenu de sa situation financière. Elle pose donc ses conditions. Et dans ces conditions, le rejet de la loi humanitaire est central : cette loi revient en effet à reconnaître les conséquences sociales désastreuses de la politique menée depuis 2010.

A QUI PEUT-ON SE FIER ?

 

Mais alors, c'est tout l'argumentaire asséné depuis des semaines par Bruxelles et Berlin qui semble affaibli. A chaque interview, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, ne cesse de prétendre que le « gouvernement grec a détruit toute confiance », en se gardant bien d'entrer dans les détails, puisque précisément, le gouvernement grec est le seul dans les négociations à avoir fait de substantielles concessions.
Mais cette fois, le voile est déchiré et l'on peut s'interroger sur quel type de « confiance » les Grecs peuvent avoir dans des instances européennes qui, le 23 février, acceptent de discuter de l'urgence humanitaire dans le pays, et qui, le 17 mars, refuse toute avancée concrète sur ce terrain.

Sans parler des mots doucereux de Jean-Claude Juncker lundi dernier admettant qu'il faut combattre la pauvreté des Grèce... Les Hellènes seraient en droit de renverser la nouvelle injure que le tabloïd allemand  Bild Zeitung leur a fait ce mercredi 18 mars au matin en parlant de « Grecs menteurs » (Lügen Griechen) à propos d'un sujet sans doute plus important que la pauvreté dans le pays, le fameux doigt d'honneur de Yanis Varoufakis.

LA NATURE DU PROJET DE LOI

 

Mais plus encore, cette exigence d'un fonctionnaire européen montre la réalité des buts de la négociation à Bruxelles. Les mesures proposées par le gouvernement grec n'étaient guère révolutionnaires. Il s'agissait d'apporter une assistance d'urgence à ceux qui en avaient le plus besoin. Rappelons que 23,1 % de la population hellénique vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté.

Le projet de loi prévoyait d'accorder une allocation logement de 70 à 220 euros à 30.000 personnes, allocations qui pourraient servir à recouvrir une partie des dettes au Trésor public. Il envisageait une aide alimentaire pour 300.000 personnes et le rétablissement, jusqu'à la fin de l'année, de l'électricité pour les ménages qui se l'étaient vus couper faute de moyen pour payer les factures. Rien de plus.

Le coût de cette action était estimé à 200 millions d'euros. Autrement dit, une somme négligeable sur le plan budgétaire (d'autant que le produit des privatisations devaient en partie venir assurer le financement de la loi) : rappelons que, depuis le début du mois de mars, Athènes a remboursé pas moins de 1,2 milliard d'euros au FMI. Mieux même, cette loi faisait l'objet d'un consensus en Grèce, en commission, le projet avait obtenu le soutien d'une large partie de l'opposition.

EMPÊCHER SYRIZA D'APPLIQUER SON PROGRAMME

 
Pourquoi alors refuser cette loi ? D'abord parce qu'il s'agissait de la première pierre du programme de Syriza. Une telle loi signifie que le nouveau gouvernement peut appliquer une partie de ses promesses et que ces dernières n'étaient pas des « folies démagogiques » comme l'assènent les dirigeants européens et de nombreux médias.

Cette loi aurait alors renforcé la position politique de Syriza. En la refusant, la Commission se dévoile : elle avoue indirectement que son but est d'affaiblir le gouvernement. La stratégie européenne n'est donc pas seulement une stratégie basée sur une soi-disant « rationalité économique » et encore moins sur une pseudo-« moralité » liée au remboursement de la dette, c'est une stratégie politique de démolition du nouvel exécutif grec. Ce que l'on vise, c'est bien le rêve éveillé qu'avait fait en février un responsable de Berlaymont qui exigeait de « nouvelles élections » en Grèce.

PROTECTORAT DE LA DETTE

 
De fait, en décidant de bloquer un projet peu coûteux, mais nécessaire sur le plan social, la Commission a ouvertement prouvé que la Grèce était pour elle un « protectorat de la dette », comme avait pu l'être dans les années 1930-40 Terre-Neuve lorsque ce territoire (qui, alors ne faisait pas partie du Canada), avait été géré par une commission de créanciers. Dans la mesure où une telle loi ne représentait pas, en effet, un danger pour les intérêts des créanciers (qui, rappelons-le, ont été pour le moment payés rubis sur l'ongle par le nouveau gouvernement), la Commission n'avait pas à exiger son annulation.

Mais Bruxelles a d'autres buts : il s'agit d'imposer en effet un type de politique économique. Le combat contre la pauvreté ne peut se faire, dans son esprit, que par des « réformes structurelles » qui n'inclut pas l'assistance, mais la réduction des pensions et des salaires pour générer un hypothétique plein emploi grâce à l'abaissement du coût du travail.

Peu importe que cette stratégie ait échoué avec éclat en Grèce depuis cinq ans (mais aussi, et on l'oublie souvent auparavant), il est nécessaire de prouver qu'il n'y a pas d'autres alternatives possibles. D'où ce refus sec de la Commission, au mépris de la souveraineté hellénique qui, dans ce domaine, ne remettait pourtant en cause ni les traités européens (qui ne parlent guère de lutte contre la pauvreté), ni les intérêts de ses créanciers. Qu'un fonctionnaire se soit permis de demander le blocage d'un projet de loi en cours d'examen dans un parlement en dit long sur l'état d'esprit au Berlaymont...

DES BUTS POLITIQUES

 
Ce refus met donc à jour la nature de la stratégie européenne : c'est une nature politique. Il s'agit de mettre à genou politiquement Syriza, soit en faisant tomber ce gouvernement, soit en le convertissant à la « raison », autrement dit aux choix des Européens.

La Tribune .fr

Finalement 

Athènes adopte envers et contre tout sa loi sur la pauvreté 

Le gouvernement grec a fait voter mercredi, avec le soutien de l'opposition, une loi destinée à soulager les plus durement touchés par la crise. Une décision qui a fait tiquer Bruxelles alors que les négociations sur la dette d'Athènes battent leur plein. 

Présentée comme une réponse à la crise humanitaire en Grèce, la première loi du gouvernement de Syriza n’a pas fait que des heureux du côté de Bruxelles, ou les négociations budgétaires avec Athènes risquent d’être envenimées.

La loi destinée à lutter contre la pauvreté répond aux promesses électorales du gouvernement issu des législatives de fin janvier, et vise à secourir les foyers privés d'électricité ou faisant face à des problèmes de logement et de nourriture.

Le débat au parlement sur le projet de loi, « le premier du gouvernement de salut national » comme l'a souligné dans son discours le Premier ministre Alexis Tsipras, s'est achevé par une approbation massive, les deux principaux partis d'opposition, Nouvelle Démocratie (conservateurs) et PASOK (socialistes) votant pour, aux côtés de la coalition Syriza-Grecs indépendants au pouvoir.