Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 933 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Varoufakis le tueur de la dette

 

17 Février 2015 , Rédigé par Réveil Communiste

Varoufakis le tueur de la dette

Sans langue de bois, Varoufakis le tueur des technocrates de la BCE:

Le Point.fr

Il a énervé ses collègues européens par sa communication tous azimuts. Depuis sa nomination au ministère des Finances grec dans le sillage de la victoire de Syriza aux élections législatives, l'économiste Yanis Varoufakis multiplie les déclarations fracassantes dans ses interviews. Avant son accession au gouvernement, celui qui avait conseillé l'ancien Premier ministre socialiste Georges Papandréou jusqu'à ce qu'il se rallie au premier plan d'ajustement de la Troïka prenait encore moins de pincettes. Florilège.

 

- "Si l'Europe et Berlin pensent avoir le droit moral de nous asphyxier, de nous tuer, je pense que nous devons être prêts à les laisser faire [...], la mort est préférable [si aucun accord est possible, NDLR].(La Tribune, le 20/01/2015) Sans que Yanis Varoufakis, alors simple économiste, ait précisé sa pensée, cette phrase semble signifier qu'il était prêt à laisser son pays sortir de l'euro en cas d'intransigeance des Européens.

 

- Yanis Varoufakis, qui s'exprime dans un anglais parfait, dénonce régulièrement le "fiscal waterboarding" (simulation de noyade budgétaire).

 

Lire notre portrait : Yanis Varoufakis, un ministre de l'Économie rock'n'roll

 

- "Jean-Claude Trichet a complètement dépassé son mandat en forçant l'Irlande à transformer la dette privée en dette publique [avec le sauvetage des banques, NDLR]. Il brûlera en enfer pour cela, ou devrait au moins être jugé par une Cour européenne." L'ancien président français de la Banque centrale européenne avait menacé dans une lettre le gouvernement irlandais de couper les financements d'urgence de la BCE si le pays n'acceptait pas le plan de sauvetage européen proposé en échange de mesures d'austérité, en novembre 2010. (La Tribune, le 20/01/2015)

 

- "Je suis le ministre des Finances d'un pays en faillite", déclare Varoufakis dans une interview à l'hebdomadaire allemand Die Zeit du 4 février.

 

- Le ministre dénonce aussi régulièrement une "dette odieuse", en s'appuyant sur une jurisprudence de droit international selon laquelle une dette contractée par un régime pour financer des actions contre l'intérêt de ses citoyens et dont les créanciers avaient connaissance est nulle et non avenue.

 

- "Le problème n'est pas que vous n'avez pas assez payé. Le problème, c'est que vous avez trop payé. Mais vous ne vous êtes pas rendu compte que moins de 10 % de votre argent a bénéficié à la Grèce. Le reste a été englouti par les créanciers, et dans le trou noir de la dette", explique-t-il régulièrement aux contribuables français et allemands.

 

- La Grèce a été shootée à l'argent pendant des années, elle est "comme un junkie qui réclame une nouvelle dose, il faut l'aider à se sevrer", a-t-il expliqué lors de sa rencontre avec Michel Sapin à Paris le 1er février, pour expliquer son intention de ne pas réclamer tout l'argent restant à verser du second plan d'aide européen de 2012.

 

- "Nous nous battrons contre les puissants intérêts acquis et nous ne nous laisserons pas traiter comme une colonie de la dette qui n'a que ce qu'elle mérite" (New York Times, 16/02/2015)