Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 2622 invités et aucun membre en ligne

Flux RSS

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Eau

L’eau, prélude de guerre en Amérique ?

 

dimanche 29 mars 2015 
par  Gérard Jugant 

Bien que la nouvelle soit passée pratiquement inaperçue dans les grands médias, elle n’en est pas moins importante et alarmante pour ses possibles conséquences pour tous les pays du continent américain.

 

Une étude de la NASA est arrivée à la conclusion que le volume total d’eau dans les bassins des rivières Sacramento et San Joaquin, dans l’Etat de Californie, a diminué depuis 2014 de 42.000 millions de mètres cubes, ce qui signifie un effet dévastateur pour l’économie de ce vaste Etat de l’Union.


L’information est apparue dans un article du Angeles Times, signé par le scientifique du Laboratoire de Propulsion à Jet de cette institution, Jay Famigletti, dans lequel il affirme que la Californie perd de l’eau stockée depuis 2002, et que les deux tiers de ces baisses viennent de l’usage des eaux souterraines par les agriculteurs pour combattre les effets de la sécheresse.

 

Avec beaucoup de force, le scientifique assure que « les réserves actuelles en eau de la Californie pourraient s’épuise d’ici un an » et que les autorités doivent activer des mesures restrictives de l’usage du liquide stocké dans tous les secteurs et permettre la formation d’agences régionales de durabilité. 


Dans les calculs de l’équipe dirigée par Famiglietti on a pris en considération les volumes qui comprennent la neige fondue, les réserves et l’eau souterraine.

 

La nouvelle met sur le tapis l’intérêt qu’au cours de ces dernières années ont démontré les Etats-Unis d’avoir une plus grande présence à proximité de l’Aquifère Guarani qui s’étend du nord du Brésil jusqu’à la pampa argentine. Il a été calculé qu’il détient 37.000 millions de mètres cubes, et chaque kilomètre de mètre cube est égal à un milliard de litres.


Avec 1 190 000 kilomètres carrés de superficie, alors que l’Espagne, la France et le Portugal réunis ne font que 850 000 kilomètres carrés du Brésil (équivalent à 9,9% de son territoire), 225 000 de l’Argentine, 70.000 kilomètres carrés du Paraguay (17,2%) et 45.000 kilomètres carrés de l’Uruguay, 25,5% de la nation orientale.

 

Ses sources pourraient approvisionner indéfiniment 360 millions de personnes, alors que la population actuelle dans la zone de l’aquifère est estimée à 17 millions.


Les chefs du Commandement de l’Armée Sud des Etats-Unis ont maintenu une progressive présence dans cette région et la Banque Mondiale a commencé, à partir de 2007, à financer des projets dans le Guarani.

 

Depuis plus d’un siècle, les pays puissants ont lancé des guerres ou contrôlé des gouvernements dociles pour s’emparer du contrôle des gisements d’hydrocarbures existant dans différentes nations.

 

En Amérique Latine la plupart des réservoirs sont sous le contrôle des Etats-Unis et dans d’autres régions, ont été lancées de violentes guerres de pillage pour s’emparer du pétrole et du gaz, comme en Libye, en Irak, en Syrie ou au Soudan, pour en citer quelques uns.

 

Actuellement les experts prédisent que tôt ou tard, les nouvelles guerres auront comme fondement de tenter de s’emparer des grandes réserves d’eau, étant donné la rareté et la contamination dans certains pays de ce liquide fondamental pour la vie sur cette planète.

 

Observons ces données : 70% de la terre est couverte par de l’eau salée et seulement 2,5% par de l’eau potable. De cette dernière, 70% est utilisée pour l’agriculture, 20% pour l’industrie et 10% pour la consommation humaine. La contamination des eaux provoque la mort de plus de 5 millions de personnes, principalement des mineurs d’âge.

 

Quelque 1200 millions d’habitant n’ont pas accès à l’eau et 2200 millions vivent sans conditions sanitaires. Pour 2050 l’ONU estime la population mondiale à 9000 millions avec une demande supérieure de 60% à l’actuelle, alors que les sources hydriques se rencontrent là où habitent 12%. 


Il se trouve très symptômatique qu’un rapport de la CIA a affirmé que pour 2015 l’eau sera une des principales causes de conflit international. En 1997, quand la plupart des gouvernements d’Amérique Latine étaient soumis aux Etats-Unis, différents pays ouvrirent leurs portes à la Banque Mondiale, y compris des universités, comme celles de Santa Fe et Buenos Aires, celles d’Uruguay et plusieurs du Brésil, lui donnant les droits d’investigation de l’aquifère Guarani.

 

En novembre 2001 la BM, par l’intermédiaire d’une de ses institutions spécialisées, le Fonds Mondial pour l’Environnement (GEF pour son sigle en anglais), commença à financer la recherche et les travaux pour obtenir le « développement soutenable » de ce réservoir.

 

Deux années plus tard, en novembre 2003, se réunirent à Montevideo les membres du MERCOSUR avec la BM et fut signé le Projet de Protection Environnemental et de Développement Soutenable du Système Aquifère Guarani. Le GEF apporta comme garantie de financement, 13,4 millions de dollars provenant de Banques des Etats-Unis, de Hollande et d’Allemagne. L’Organisation des Etats Américains (OEA) et l’Unité pour le Développement Soutenable (OEA-USDE) qui a son siège à Washington agirent comme la filiale régionale d’exécution et la Banque Mondiale comme l’agence de mise en œuvre.

 

Au cours du IVe Forum Mondial de l’Eau, qui se tint à Mexico en mars 2006, le président d’alors de la BM, Paul Wolfowitz, produisit un document appelé « Mirage dans l’Eau », où il était mentionné que la Banque Mondiale seule accorderait des prêts pour la fourniture de l’eau à la condition que ce service soit privatisé.

 

Mais comme l’a exprimé le président équatorien Rafael Correa, commençait alors pour la région un « changement d’ère » et le texte fut rejeté par les participants. Dans ce document il était indiqué que le pays qui se refuserait à respecter les décisions se verrait réduire les crédits pour d’autres investissements dans le secteur public.

 

Avec la récente information de la NASA au sujet de la rareté de l’eau dans l’étendu Etat nord-américain de Californie, les nations du Sud doivent être en alerte pour éviter les nouvelles menaces qui se présentent sur l’Aquifère Guarani.

 

Hedelberto Lopez Blanch journaliste cubain

Traduit de l’espagnol par Gérard Jugant

Poing
  • Blog : Résistance
  • Résistance
  • Description : Résistance est un collectif de membres du Parti Communiste Français (fédération du Nord, section de Lille).
Jeudi 3 juillet 2014

L'eau n'est pas une marchandise, mais un droit humain !

L'eau est un droit humainSelon les chiffres officiels de l’ONU, près de 6.000 enfants meurent de soif chaque jour. Pourtant, ce sont environ cent milliards de tonnes d’eau qui tombent sur la terre tous les ans. Que ce soit sous la forme de pluie ou de neige, l’eau tombe du ciel, parcourt le lit des rivières avant de se jeter à la mer et terminer son cycle en s’évaporant. À peine 3 % de cette masse considérable de liquide est composée d’eau douce. Et si l’eau recouvre 70 % de la surface de la Terre, on trouve en effet 97,5 % d’eau salée. Le devenir de l’humanité dépend donc des 2,5 % restants…

Et tandis que la population de la planète a triplé au cours du siècle dernier, la demande d’eau a été multipliée par sept alors que la superficie des terres irriguées l’a été par six. Ce problème ne doit pas être sous-estimé. Au cours des cinquante dernières années, la pollution des eaux souterraines a réduit d’un tiers les ressources hydriques. Toujours selon l’ONU, un milliard et 400 millions de personnes vivent aujourd’hui sans eau potable. Et leur nombre pourrait doubler dans les années à venir pour atteindre selon les estimations actuelles quelque deux milliards et 400 millions en 2025.

L’UNEP (le Programme des Nations Unies pour l’environnement) estime que la soif tue chaque année dans le tiers-monde plus de quatre millions de personnes. L’eau, ce produit «conservateur et peu volatile » dans le jargon bancaire, apparaissait il y a encore dix ans comme un suicide commercial. Or, la pression démographique est forte. Et l’agriculture tout comme l’industrie utilise des quantités importantes d’eau. Le secteur privé a vu sa participation dans toutes les questions liées à l’eau aller crescendo. « De 6 % en 2000, cette participation est passée à 12 % en 2010 et pourrait facilement atteindre 18 % en 2020 », explique David Owen, expert du fonds Water de la banque Pictet & Cie basée en Suisse.

Il y a fort à parier que les pétrodollars cèdent assez rapidement leur place aux aqua dollars. Et nul doute que tout ceci sera savamment calculé par les propriétaires de ces richesses qui auront le pouvoir d’asservir une bonne partie de l’humanité. La rareté de l’eau pourrait de surcroît déclencher plus de conflits politiques que le contrôle des champs de pétrole.

Une étude du Brookhaven national laboratory décrit parfaitement la question de l’eau au niveau mondial. On y relève que 40 % de l’eau douce est concentrée dans à peine six pays (le Brésil, la Chine, l’Inde, la Russie, les États-Unis et le Canada) quand 40 % de la population mondiale est confrontée à des problèmes d’approvisionnement.

Et si 450 litres d’eau par jour suffisent à peine à une famille canadienne de quatre membres, l’Africain devra se contenter quant à lui de seulement vingt litres. L’agriculture intensive conduit à une consommation hors de contrôle et à une pollution sans précédent. Quelques multinationales n’hésitent pas à s’emparer des nappes phréatiques, mais rencontrent parfois une résistance inattendue : au Kerala par exemple où des femmes ont tenu des sit-in pendant plus d’un an pour protester contre l’assèchement desdites nappes par Coca-Cola.

Contrairement au pétrole, il n'existe pas de substitut à l'eau. Cette dernière peut être produite par la désalinisation ou par l'assainissement d'eaux usées. Là aussi, le secteur n'a pas tardé à être en proie aux visées hégémoniques des entreprises. En France, les deux tiers de la distribution d'eau potable sont assurés par des distributeurs privés : Veolia possède 34,5 % du marché, la Lyonnaise des eaux 19, 5 % et la SAUR 10,8 %. Concernant l'assainissement, Les régies liées aux collectivités territoriales détiennent environ 48 % du marché. La part de Veolia est de 22 %, celle de la Lyonnaise des eaux de 20 % et celle de la SAUR de 9,3 %.

Il faut noter que l'installation des réseaux d'eau potable et leur gestion ne se sont jamais totalement faites au niveau national, comme ce fut le cas pour l'électricité. Les communes ont le choix entre une gestion de l'eau en direct dite « en régie » et une délégation de service public sous la forme de contrat avec une entreprise privée. Depuis de nombreuses années, des associations de consommateurs, voire d'élus, dénoncent le prix anormalement élevé du mètre cube d'eau, son évolution trop rapide et l'opacité qui règne dans la fixation de ce prix.

Aujourd’hui, 11 % de la population mondiale contrôlent 84 % de la richesse produite. Cette minorité consomme 88 % de l’eau pendant que quatre-vingts pays représentant 40 % de la population mondiale manquent cruellement d’eau alors que cette ressource vitale est désormais en proie à la spéculation.

L’humanité s’est établie sur terre, au fil de l’eau pourrait-t-on dire. Du moins une grande part… Il lui reste à retrouver cette partie d’elle-même, écrasée sous la loi du mépris qui génère la loi du plus fort et celle du marché. Car l’eau n’est pas une marchandise mais un droit humain.

Capitaine Martin.