Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1857 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Merci à l’héritage soviétique : en science, les femmes occupent la place

 

18 Mai 2017


Sciences : les femmes russes occupent la place


28/04/2017 | Russie Info.

Selon l’UNESCO, 29% des femmes dans le monde font de la recherche scientifique, contre 41% en Russie. Pourquoi la Russie est-elle si douée pour encourager les femmes dans les sciences ?

 

Plusieurs études confirment que trop souvent l’intérêt précoce des filles pour les sujets des Stem – la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques – faiblit à partir de l’adolescence et ne se rétablit jamais. Donc, relativement peu de femmes choisissent l’ingénierie ou la technologie comme une carrière.

 

C’est aussi ce que montre une nouvelle étude de Microsoft. Sur la base d’entretiens avec 11 500 filles et jeunes femmes à travers l’Europe, leur intérêt pour ces matières diminue de façon spectaculaire à 15 ans, avec des stéréotypes de genre : peu de modèles féminins, la pression des pairs et le manque d’encouragement des parents et des enseignants en grande partie à tort.

 

Mais pas en Russie…

 

Aujourd’hui selon l’UNESCO, 29% des femmes dans le monde font de la recherche scientifique, contre 41% en Russie. Au Royaume-Uni par exemple, environ 4% des inventeurs sont des femmes, alors que le chiffre est de 15% en Russie.

 

Une éducation particulière

 

« Les filles russes considèrent la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (Stem) beaucoup plus positivement que les autres filles dans le monde et leur intérêt commence plus tôt et dure plus longtemps », explique Julian Lambertin, directrice générale de KRC Research.

 

« La plupart des filles avec qui nous avons parlées ont une approche légèrement ludique des matières scientifiques alors qu’en Russie, même les plus jeunes étaient extrêmement concentrées sur le fait que leurs futures possibilités d’emploi étaient susceptibles d’être dans les domaines des Stem ».

 

Les filles russes disent être particulièrement encouragées par leurs parents et influencées par les modèles féminins forts du pays, tout comme leurs enseignantes qui dépassent leurs collègues masculins.

 

Mais les différences ne s’arrêtent pas là.

 

Lorsque le ministère de l’Éducation a demandé à un échantillon représentatif d’adolescentes britanniques leur point de vue sur les mathématiques et la physique, cinq mots ont résumé l’image qu’elles ont de ces sujets: hommes, équations, ennuyeux, formule, sans pertinence.

 

« Tandis qu’il n’existe pas de stigmates de ce genre en Russie », explique M. Lambertin.

 

« Les Russes ont vraiment dépassé cela ». « Lorsqu’ils pensent Stem, les Russes s’attendent à ce que les gens soient performants dans ces matières, indépendamment du genre ».

 

Pas de sexisme

 

Alina Bezuglova est à la tête du département russe de la Tech London Advocates, une organisation qui relie les talents russes aux opportunités d’emploi au Royaume-Uni. Elle organise régulièrement des événements technologiques exclusivement féminin au Royaume-Uni, mais jamais en Russie.

 

Elle explique ainsi qu’en Russie il n’y a pas de problème de genre dans les Stem, contrairement au reste de l’Europe.

 

Selon Alina Bezuglova, le maintien de la femme russe dans les sciences et la technologie peut être attribué en partie à l’ère soviétique, lorsque l’avancement de la science est devenu une priorité nationale. En plus de la croissance des instituts de recherche spécialisés, l’éducation technique a été mise à la disposition de tous, et les femmes ont été encouragées à poursuivre des carrières dans ce domaine.

 

« Il ne s’est jamais avéré à l’école que, parce que je suis une fille, je ne devrais pas choisir d’étudier les Stem, il n’y a pas beaucoup de sexisme, vous êtes seulement jugés sur vos capacités », dit-elle.

 

Par ailleurs, avec leur nature caractéristique, les femmes russes éprouvent moins de difficulté à s’exprimer par elles-mêmes dans des milieux dominés par les hommes.

 

Au contraire, Emeli Dral, professeur adjointe à l’Institut de physique et de technologie de Moscou, révèle que c’est précisément cet état d’esprit qui l’a poussé à réussir en tant que l’une des deux seules filles dans son groupe de mathématiques avancé à l’école.

 

« Cela nous a rendu plus compétitives et plus déterminées à être meilleures que les garçons », dit-elle.


« Je pense que les femmes russes sont assez confiantes dans un univers minoritaire, principalement grâce au soutien qu’ils ont de leurs parents dès leur plus jeune âge ».

 

« Les parents ne m’ont jamais demandé pourquoi j’étais intéressée par les mathématiques et l’ingénierie – ils ont toujours considéré cela comme très naturel », souligne t-elle.

 

La Russie stimule les femmes

 

Olga Reznikova, qui est en grande partie autodidacte en Stem et a actuellement un poste d’ingénieur logiciel senior, est un exemple.

 

En grandissant dans une petite ville balnéaire peuplée de mineurs et de pêcheurs, son amour pour les ordinateurs a commencé quand elle avait seulement quatre ans, mais elle a lutté pour transformer sa passion en carrière.

 

Elle a commencé à maîtriser les bases de la conception d’algorithme, de l’apprentissage machine et de la programmation et de l’élaboration de codes monétaires simples grâce à des tutoriels en ligne.

 

Mais ne voulant pas d’un avenir bloqué dans des « ateliers de sous-traitance informatique », elle s’est dirigée vers Saint-Pétersbourg pour étudier davantage et occuper un rôle plus important.

 

« Pendant un certain temps, j’étais le seul programmeur féminin de mon entreprise », dit-elle. « J’ai rencontré des problèmes avec le fait d’être pris au sérieux, mais je suis restée confiante et je gagne maintenant un salaire de 30% plus élevé qu’auparavant ».


Mais si la Russie stimule ses femmes, il n’y a pas encore de parité salariale entre les sexes.

 

Un autre exemple, Irina Khoroshko, de Zelenograd près de Moscou, a appris ses tables de multiplication à l’âge de cinq ans.

 

Son talent précoce, encouragé par une famille folle de mathématiques et une enseignante attentive qui a transformé chaque leçon en un jeu gigantesque de résolution de problèmes, a conduit la jeune fille à un diplôme en économie mathématique à l’université russe d’économie de Plekhanov.

 

« Mon conférencier m’a inculqué le pouvoir des nombres et des calculs, et comment les chiffres vous permettent de prédire les choses. C’est pourquoi cette science a toujours été magique pour moi », dit-elle.

 

Maintenant, Irina, âgée de 26 ans, est une scientifique de données chez ID Finance, bénéficiant d’une carrière lucrative en élaborant des modèles analytiques pour déterminer l’admissibilité de prêts.

 

Les cas d’Irina ou d’Olga ne sont pas inhabituels en Russie, et il y en a de nombreux autres à travers le pays.

 

« Il ne fait aucun doute que la Russie encourage l’imagination des filles », explique encore Julian Lambertin.

 

Il conclut qu’ « apporter de la créativité dans les salles de classe avec des applications pratiques, et souligner la pertinence de ces matières en se concentrant sur le lieu de travail, pourrait être la voie à suivre pour les pays où les filles sont actuellement très désengagées. »

 

Traduction partielle de l’article publié initialement en anglais sur le site de la BBC