Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 927 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Un livre, comme un pavé dans la mare aux idées reçues…

 

15 Août 2017
 

Résultat de recherche d'images pour "le pavé arme du prolétariat"

 

« Le Pavé, arme du prolétariat » est une statue d’Ivan Shadr, présentée pour la première fois à l’Exposition nationale consacrée au dixième anniversaire de la Révolution en 1928.

 

Après une lecture de Marianne, quelques avis attendus d’amis qui ont en lecture le manuscrit, le livre intitulé pour le moment « 1917-2017, Staline un tyran sanguinaire ou un héros national? »(1) part pour l’imprimerie… Il sera prêt pour la célébration d’Octobre. Si vous êtes intéressé par son achat ou pour toutes autres activités autour de ce livre, veuillez me le signaler.

 

Au moment où on devrait célébrer cette Révolution d’octobre, le moins que l’on puisse dire c’est que le silence s’organise. Comme tout est fait pour dénaturer la signification de cet événement qui a changé la face du monde, il m’a paru essentiel d’en aborder l’aspect par lequel on prétend le dénaturer: le stalinisme. Voire même on en arrive à pousser le négationnisme historique jusqu’à identifier communisme et nazisme sous le faux concept de totalitarisme. Et ce négationnisme sous cette monstrueuse équivalence est d’autant plus indéfendable qu’il revient comme on le voit en Ukraine à cautionner ces nouveaux alliés de l’occident et de l’OTAN que sont de véritables néo-nazis, tout en nous préparant à la guerre. Il ne s’agit donc pas seulement de hier.

 

C’est cette « négation » de l’Histoire contre laquelle ce livre s’élève, en ce qui concerne Staline et le stalinisme il pose seulement des questions.

 

Il ne s’agit pas de trancher sur Staline et le stalinisme mais de poser à ce propos quelques questions incontournables et montrer qu’elles impliquent la réouverture du dossier.

 

Et surtout comment expliquer la différence entre l’évaluation non seulement de l’ensemble de l’URSS (dont le temps a largement excédé celui de la direction de Staline), mais de la période dite stalinienne, par les médias occidentaux et le peuple russe. Pourquoi une telle méconnaissance de ce qui se débat aujourd’hui compris en matière de recherches historiques? Pourquoi l’absence de traduction de textes qui travaillent sur cette période.

 

Et surtout pourquoi ignorer l’estimation des peuples qui ont vécu le socialisme.

 

Je signale qu’il ne s’agit pas d’une apologie du stalinisme, mais bien de pièces versées au dossier pour réouverture d’une enquête sur la question.

 

Si je devais revendiquer une filiation ce serait plutôt le livre lu il y a bien longtemps et sur lequel je n’arrive pas à remettre la main : « A l’ombre des deux T, (Thorez et Togliatti) ».

 

Je me demande si l’omerta habituelle va continuer à jouer son rôle ou si on osera le débat autour d’un livre qui lui pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses et qui à ce titre ouvre un débat indispensable?

 

Danielle Bleitrach

 

(1) à paraître aux éditions Delga en octobre.