Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 832 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2018 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Publié par El Diablo

Elections législatives en CROATIE : une liste « anti-système » opère une percée

source: national.hr

source: national.hr

Des élections législatives anticipées se sont déroulées le 11 septembre en Croatie. Elles faisaient suite à une crise au sein du gouvernement laborieusement formé après le scrutin du 8 novembre 2015. Le HDZ (droite nationaliste) était alors arrivé en tête, mais avait dû s’allier à une nouvelle formation hétéroclite, Most.Le chef du gouvernement sortant, un ancien directeur financier d’une firme pharmaceutique israélienne, qui n’appartenait à aucun parti, a été contraint à la démission suite aux querelles au sein de la majorité, sur fond d’accusations de conflits d’intérêt.

Les quelques mois pendant lesquels le chef du HDZ et vice-Premier ministre, Tomislav Karamarko, a de fait tiré les ficelles du pouvoir ont surtout été marqués par des réformes inspirées par le très conservateur clergé catholique croate (notamment dans l’éducation, provoquant d’importantes manifestations protestataires), une pression renforcée sur la presse, et un déchainement de discours ultranationalistes (notamment anti-serbes). Plusieurs ministres étaient, de notoriété publique, des nostalgiques des Oustachis (milices pro-nazies du temps de la seconde guerre mondiale).

Certainement conseillé par les partis-frères membres du PPE (droite européenne), le HDZ a remplacé son chef sulfureux par un eurodéputé bien plus policé, l’ancien diplomate Andrej Plenkovic, qui a promis de « recentrer » sa formation sur une base plus « européenne ». Une opération électoralement plutôt réussie puisque la coalition menée par ce dernier obtient 36,6% des suffrages, soit 3,3 points de plus qu’en novembre 2015, alors que le HDZ pouvait pâtir des récents soubresauts politiques.

Inversement, les espoirs du Parti social-démocrate (SDP) ont été déçuspuisqu’avec 33,5%, il reste à son score précédent, et perd même deux sièges. Son chef, Zoran Milanovic, voit donc s’envoler l’espoir de redevenir Premier ministre, une fonction qu’il avait exercée entre 2011 et 2015. Sa campagne volontairement nationaliste a manifestement été sanctionnée : celle-ci visait à récupérer des électeurs déçus du HDZ. Ses propos injurieux à l’égard du voisin serbe (et particulièrement du chef de gouvernement à Belgrade), mais aussi de la Bosnie-Herzégovine, ont fait monter la tension régionale de plusieurs crans.

La formation dite centriste Most – de notoriété publique également très proche de la hiérarchie catholique – dégringole de 13,5% à 9,8%, et de 19 à 13 députés. Elle devrait cependant offrir les voix de ces derniers pour la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale avec le HDZ, avec cette fois M. Plenkovic à la tête du gouvernement.

Mais le véritable événement du scrutin est la percée d’une liste baptisée « bouclier humain » (Zivi Zid ou ZZ) rassemblant diverses associations dites anti-système : celles-ci ont fait notamment campagne en faveur des personnes interdites bancaires – un phénomène massif du fait des dettes des plus modestes – et des victimes de prêts bancaires frelatés. Dans un pays ayant adhéré à l’UE en 2013, et subissant une brutale crise économique (le chômage officiel dépasse les 13%), le nombre de pauvres et de laissés pour compte a grimpé en flèche. ZZ, qui obtient 8 députés, est souvent décrite comme « europhobe ». Elle a annoncé qu’elle ne soutiendrait aucun des deux grands partis.

Ce succès témoigne d’une exaspération croissante des électeurs, également sensible dans la faible participation électorale. L’abstention a ainsi atteint 47,4% des inscrits, soit un bond de plus de 8 points par rapport à novembre 2015.

SOURCE: