Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 900 invités et aucun membre en ligne

Actualités

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

L’Otan va se renforcer à l’Est

 

06 Février 2015

par Olivier Berruyer

On a drôlement bien fait d’élargir l’OTAN à l’Est quand même…

Mais bon, ils veulent la guerre, ils l’auront…

L’Otan va décider jeudi de renforcer sa présence sur son flanc Est en approuvant la création d’une nouvelle force de 5 000 hommes et de six « centres de commandement », en réponse à « l’agression » de la Russie en Ukraine, a indiqué le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg.

 

« Nous avons d’importantes décisions à prendre. Des décisions relatives à la manière dont nous pouvons renforcer notre défense collective », a déclaré Jens Stoltenberg en arrivant à une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan à Bruxelles.

 

Lors de leur sommet au Pays de Galles en septembre, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient décidé de muscler leurs moyens de défense après l’annexion de la Crimée par la Russie, suivie par son intervention dans l’est de l’Ukraine.

 

La réunion des ministres de la Défense jeudi vise à concrétiser cet engagement. « C’est une réponse aux actions agressives de la Russie, qui a violé la loi internationale et annexé la Crimée », a souligné Jens Stoltenberg. « Nous allons décider de la taille et de la composition de la nouvelle force, dite ‘fer de lance’ (spearhead en anglais), et nous assurer qu’elle pourra être déployée en quelques jours », a-t-il expliqué. Elle devrait être composée de « 5 000 hommes » lorsqu’elle sera déclarée opérationnelle en 2016.

 

Les ministres devraient également approuver la création de « six centres de commandements » en Europe orientale, où l’inquiétude vis-à-vis de Moscou est réelle. Ils devraient voir le jour dans les trois pays baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie.

 

Source : le Figaro, 5/2/2015

 

 

Olivier Berruyer | 6 février 2015 à 6 h 00 min