Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1178 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Mercredi 21 janvier 2015

ELECTIONS en GRÈCE : le Parti communiste (KKE) en troisième position derrière Syriza et Nouvelle Démocratie (droite) ?

 

grece-sondage.jpg

Législatives en Grèce : To Potami, KKE, Aube Dorée, la bataille pour la troisième place  

Il ne fait aucun doute que SYRIZA et la Nouvelle Démocratie (ND) arriveront en tête des élections législatives de dimanche 25 janvier 2015. Mais une série de partis se battent pour la troisième place, parmi eux, les communistes grecs (KKE)

On reviendra pas sur les scores annoncés pour SYRIZA (de 28,5% à 35,5%) avec 144 à 151 députés, ni ceux de la ND (27% à 30,5%) pour 81 à 85 députés. Le dernier sondage (18 janvier 2015) est intéressant pour les "petits" partis. On constate que le parti centriste "To potami" (La rivière) et les communistes du KKE parviendraient à réalisé le score de 7% des voix (entre 18 et 19 députés contre 3 pour les centristes et 12 pour les communistes). Les néo-nazis de l'Aube Dorée seraient en embuscade avec 6,5% des voix (17 députés, contre 18 actuellement). 

grèce-kke

To Potami et KKE comme troisième force ? Dans ce sondage, la dynamique est clairement en faveur des communistes (KKE) qui progressent de 2 points par rapport au dernier sondage. Résumer le programme du KKE à de l'anti-SYRIZA serait réducteur, même si il s'agit d'un leit-motiv de campagne bien marqué.  

La ligne électorale du KKE est la suivante : 

- Quitter l'UE et l'OTAN. 

- Lancer la socialisation des grands monopôles, créer les conditions du socialisme et d'un gouvernement populaire. 

- Ne pas bercer les grecs dans de grandes illusions d'un changement possible avec SYRIZA. Le KKE entend agir dans et à l'extérieur du Parlement. 

- Organiser la lutte, abolir les mémorandum de la troïka (UE/BCE/FMI) et organiser la solidarité dans la population. 

- Vaincre l'Aube Dorée et le fascisme en Grèce. 

- Pas de soutien à SYRIZA car ce parti refuse de quitter l'UE et ne remet pas en question le système capitaliste. 

Lente agonie de la sociale démocratie grecque Pour les autres partis, on note le déclin continue des sociaux démocrates, le PASOK n'est crédité que de 5% des voix (13 députés contre 28 actuellement) et la scission menée par le père de la politique d'austérité, George Papandréou (To Kinima), ne parviendrait pas à entrer à la Vouli avec 2% des voix (et perdrait donc ses 6 députés). La Gauche démocratique (DIMAR - scission de droite de SYRIZA) sortirait aussi du parlement (1,5% des voix) et perdrait ses 9 députés. Les Grecs indépendants (AN.EL.) avec 3% pourraient obtenir des députés. Mais ce score (limite pour obtenir des élus) devrait permettre à l'ANEL de conserver 8 de ses 13 députés.

 

source : blog de nicolas maury