De déchéance en déchéance

 

Publié le 30 Décembre 2015

Des voix s'expriment

pour dénoncer

le putsch constitutionnel en préparation.

De l'émotion (légitime)

mais aussi de l'hypocrisie chez certains.

Et surtout, peu de retour

sur les racines de ces situations.

 

De déchéance en déchéanceDe déchéance en déchéance
Non seulement le comportement ultra réactionnaire du duo Blummollet-LaValls est une atteinte frontale à la démocratie, à la République et leurs valeurs historiques mais de plus cela va élargir la ligne de fracture au sein de la société française entre les excluables-expulsables et les préservés par le droit du sang valeur artistocratico-faciste de la grande bourgeoisie française.
 
Elu avec les voix de la Grand' borne ou des Minguettes, Blummollet sert le Parc Monceau et Marne la Coquette.
 
Même Joxe, pourtant peu disert , s'insurge publiquement (lintégral de son texte  que Canaille le Rouge ne validera pas, loin s'en faut, dans sa totalité : "contre-le-projet-de-loi-constitutionnelle-l-appel-de-pierre-joxe-la-gauche-vivante:".
 
Certes, ce n'est d'autant pas parole d’évangiles (surtout pour La Canaille qui ne croit pas aux évangiles et qui de plus a comme militant subit les foudres de son auteur quand il était ministre de l'intérieur de Mitterrand) mais cela vaut le coup de le relever .
 
C'est de Pierre Joxe, plus réactif que Pierre Laurent  qui tacle Valls et Hollande de bonne façon, donc c'est à engranger :
 
"...le stupéfiant exposé des motifs du projet (n° 3381) de réforme constitutionnelle.

Comme ce texte officiel semble être passé inaperçu, j’en cite cet extrait éclairant, facilement consultable sur le site de l’Assemblée :

« ... pour des personnes nées françaises, les lois républicaines n’ont jamais retenu la possibilité d’une déchéance de nationalité... Il en a d’abord été ainsi de la Loi du 7 avril 1915 puis avec la Loi du 10 août 1927 ainsi qu’avec le Décret-loi du 12 novembre 1938... Ainsi toutes les caractéristiques dégagées par le Conseil constitutionnel dans sa jurisprudence sont réunies pour qu’il existe un principe fondamental reconnu par les lois de la République relatif à l’absence de possibilité de déchéance de nationalité pour une personne née française même si elle possède une autre nationalité » (Ass. Nat. : projet n° 3381, exposé des motifs).

On le sait, qu’un ou plusieurs personnages politiques parvenus au pouvoir changent d’avis, renient leurs promesses ou oublient tel ou tel engagement pris publiquement, ce n’est pas un phénomène rare.

On l’a déjà constaté en France sous la Ve République ; mais aussi sous la IVe – qui en est morte ; sous la IIIe et déjà sous la IIe République – celle de Badinguet ; sans oublier notre Première République – celle de la Terreur.

Ce qui est singulier dans les circonstances présentes, c’est le contraste entre certaines déclarations passées – mais récentes – et les décisions qui les contredisent...."
Cela montre que des possibilités de rejet des atteintes à la République existent . Les déclarations ne suffisent pas. L'abscence d'appel à la mobilisation du P"c"F est affligeant. La une de l'Huma .fr du 30 décembre sur la question : sauf erreur à signaler à Canaille le Rouge qui s'engage à rectifier,  silence du P"c"F :
De déchéance en déchéance
Pas d'illusion sur "l'aile non droitière affirmée" du PS. Juste pour pointer ce signal de la réalité du dérapage vers les ravines fangeuses de l'extrême droite par la Blummollet'connexion.
 
Chacun notera dans la période le silence réjouit du MEDEF qui voit l'état d'urgence lui libérer son espace repressif et le débat être déporté vers des espaces le faisant aparaître comme extérieur où pourtant sa responsabilité est totalement engagée : c'est historiquement sur la demande du patronat que la bourgeoisie française au pouvoir a structuré des politiques coloniales et migratoires (et sa capacité à atiser des réflexes racistes pour semer ses ferments de divisions) qui sont le creuset des questions non pas du chômage mais de la composition historique des catégories de ses victimes.
 
Si 20% et plus des jeunes des citées sont au chômage c'est d'abord la ghéttoïsation des banlieues ouvrières, (ceintures, puis "ZUP"puis "ZUS" ; espace de stockage de la force de travail préservant les centres villes et beau quartier de tout risque de contamination subversive) liée l'importation de main d'oeuvre à bas coût d'abord intramétropolitaine (Bretons Picards Languedociens etc.) par le patronant de l'industrie automobile la sidérurgie le BTP puis les commerces et les services pour peser sur ce "coût du travail" que le pouvoir de droite en place en 2015 persiste à vouloir comprimer pour gonfler les profits.
 
Chômage de masse qui nait avec les délocalisations industrielles sinistrant les bassin tetiles sidérirgiques, miniers ...regarder la carte de l'influence du f-haine et celle de l'abstention qui marque au fer rouge la désertion par les forces qui prétendaient représenter les abondonnés du droit social de vivre.
 
Cela ne peut ni ne doit excuser les inciviltés et crimes ou délits  mais ne pas non plus faire oublier qu'on a la délinquence de son milieu social . Ce ne sont pas les fraudeurs fiscaux, trafiquants d'oeuvres d'art et autres spéculateurs qui pourront démentir. La fraude à la sécu et le travail au noir c'est une alouette issue de 90% de la population pour un cheval provenant des 10% qui restent. Au point que certains d'entre eux (dont les 10%) savent avec brio jouer habilement de leur double nationalité pour se préserver des foudres de la justice (et là pour ces terroristes économiques ou culturels, pas de déchéance de nationalité de prévue).
 
Oui Valls est entrain de mériter l'accollement de ce "La" devant sont patronyme. Reste à savoir maintehant s'ils vont oser convoquer le congrès pour la saint Philipe (normalement -mais ont-ils encore des notions de normalité - cela leur est interdit tant que le pays est sous la férule de l'administration sous régime d'état d'urgence) ; quitte à faire des cadeaux au f-haine, autant leur livrer avec un emballage qui finisse de les séduire.
 

Rédigé par Canaille Lerouge