Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1063 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

♫ Méditerranée, égout de fanges accumulées♫, de Franco à Bénito passant par Ajaccio

 

Publié le 27 Décembre 2015

 

♫ Méditerranée, égout de fanges accumulées♫, de Franco à Bénito passant par Ajaccio
 
♫ Méditerranée, égout de fanges accumulées♫, de Franco à Bénito passant par Ajaccio
Franco et Milian Astray 1936, faschos d'Ajaccio 2015.
 
Belle image de la continuité de la finesse intellectuelle du fascisme ordinaire 
 
De la connerie comme un des beaux-arts:
 
Agiter un drapeau à tête de Maure
pour hurler "les arabes dehors". 
 
Version 2016 de la bêtise crasse du socle putride du fascisme ordinaire.
 
Imaginez-vous  à Cherbourg hurler " sauvons La Hague, les Wikings à Copenhague" ou à Roissy "boutons les francs hors d'ici" ?
 
C'est un retour au source de tous les poncifs gluants du fascisme. 
 
Le général espagnol José Millán-Astray est l'auteur du cri de ralliement franquiste pendant la guerre d'Espagne « Viva la muerte ».
 
En matière de fascisme ce clone de Bénito en connait un rayon.Il est aussi l'auteur de ce célèbre  « À mort l'intelligence ! » cri de guerre prononcé en octobre 1936  à l’université de Salamanque, contre son recteur le philosophe Miguel de Unamuno (lequel pourtant à l'étalonage de mesure franquiste était loin d'être un dangereux bolchévik).
 
Les brailleurs d'Ajaccio sont de cette fange de la société : hooligans au stade le samedi, pogromistes dès la nuit tombée.
 
C'est ainsi que la boucle se boucle avec ceux qui veulent "corsiser" la Corse, y insulariser "la France aux français" (qui dès lors ici perdent leur droit à majuscule) et installer le droit du sang (qu'ils aiment voir verser si c'est celui des autres) contre le droit du sol de tous ceux qui y produisent les richesses captées par toutes les formes de mafias, en tête celle du capital (Voir le scandale de la "privatisation" spoliation du peuple français (corse comprise) dans l'affaire de la SNCM.
 

Rédigé par Canaille Lerouge