Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 1076 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

OUI nous pouvons être les dindons de la farce…

 

23 Décembre 2015

PODEMOS est-il rien d’autre que Yes we can d’Obama? A savoir  une opération de communication  managé par le capitalisme Etatsunien, face à la déconsidération du politique de l’ère Bush ? un détournement d’un mouvement d’indignés et que le capital récupère aisément, un maïdan, un conglomérat de groupes hétérogènes, qui va du communautarisme racial au féminisme en passant par le mariage pour tous, le social, la consommation, les marques devenus programme sans risque pour le patronat? Et où on finit par hériter d’un président noir, alors même que le racisme s’enfle y compris dans les commissariats de police, un prix Nobel de la paix qui multiplie les interventions bellicistes et pousse l’OTAN vers le conflit nucléaire. Le changement d’enveloppe qui sert à maintenir un système en crise jusqu’à la destruction intégrale.

 

Un mouvement anti-austérité qui ne touche, ni au capital, ni à l’Union Européenne et qui rassure l’OTAN… Après la Grèce, l’Espagne comme horizon indépassable du Canada dry de la Révolution…

 

Même la « réforme » est abandonnée au capital et quelle réforme…

 

L’intéressant est de voir comment on tente de vendre  en France un mai 68, sans la classe ouvrière, un ersatz  adapté à l’état d’une France qui a peur de son ombre et qui cherche à conserver l’existant en se payant de mots sans contenu réel, avec la grande peur du loup mitterrandien le Front National -doublé de l’autre créature des expéditions néo-coloniales et des alliances saoudiennes, Daech… Une France douillette, celle  des bobos que l’on dupe sans difficulté…  l’héritage  recueilli par les médiocres Hollande et Cambadelis, ce moment où la France a basculé dans les miasmes de Vichy sous couvert d’une gauche fréquentable par le patronat.

 

Mais pourquoi se désespérer parce que nous n’avons pas de PODEMOS en France, nous avons l’équivalent avec le jeune Macron qui renouvelle les cadres, la jeunesse du politique au profit du capital tout en se disant de gauche. Yes We Can démanteler le code du Travail et continuer à se dire socialiste… Voter l’état d’urgence, organiser le grand gala du sauvetage de la planète toujours avec Obama dans le rôle phare en tabassant les écologistes qui manifestent. Et le tout pour sauver les meubles aux régionales, galop d’essai des présidentielles.

 

Arriver à faire voter uniquement pour ou contre le FN, convaincre la banlieue de ne se mobiliser que pour ça alors même que la santé, l’éducation, un travail parait hors de portée, un vote communautariste ou de peur.

 

Une telle forfaiture du politique ne peut s’accomplir que parce que le PCF a été détruit de l’extérieur et de l’intérieur pendant plus de 20 ans.

 

Yes we can en finir avec l’idée de révolution en France, ce droit à l’insurrection des masses face à l’injustice.

 

Yes We can renoncer à la base populaire de l’électorat en lui substituant une bande de bobos centrés sur les mœurs et jouant à se faire peur avec la marionnette fasciste créée par le PS, il n’y a plus d’alternative révolutionnaire, celle qui donnait sens jadis à la vie politique du vieux pays de la lutte des classes.

 

Podemos, Yes we can va être recyclé par la direction du PCF pour se maintenir à la tête du PCF jusqu’au Congrès, en nous vendant un galimatias expérimenté du côté du sud ouest et qui va en douceur remobiliser les éternels légitimistes et les petits nouveaux cherchant la pierre philosophale du machin qui plaît et attirerait l’électeur …

 

On nous vendra Podemos après Syriza pour mieux transformer le PCF en nouveaux radicaux de gauche à attacher au char de Hollande et Valls, pour un premier tour de la présidentielle juste derrière Marine Le Pen… Les débris du PCF seront ainsi utilisés pour assurer quelques postes de sénateurs ou même de députés pour les fossoyeurs du PCF.

 

Et avec l’étranglement du parti communiste, toute la combativité indéniable des Français, les luttes qui se multiplient peuvent être isolées, étouffée par le système médiatique qui ne s’y intéresse pas, l’impossible jonction, une chape de plomb qui s’abat sur toute résistance, Yes We can être poussés au désespoir dans l’indifférence générale.

 

Bien triste et si prévisible à cause non seulement de ceux qui dirigent le PCF actuellement mais aussi d’une opposition dérisoire, incapable de s’unir et dont chaque pseudo dirigeant organise un « rassemblement » autour de sa personne à l’exclusion des autres… Quelle tristesse…

 

Yes we can, PODEMOS trahir le peuple français si nous ne sommes pas capable de nous unir pour apporter une alternative crédible et pas ce conglomérat de petits chefs dans et hors du PCF…

 

Oui la France a besoin des communistes mais autant que ceux-ci sont capables d‘opérer un rassemblement sur leurs fondamentaux: dénonciation du carcan de l’UE qui interdit toute alternative à la politique du capital, dénonciation de l’élection présidentielle et plus généralement du mode de scrutin français qui organise un bi-partisme mortifère, refus de l’OTAN, nationalisation des secteurs clés de l’économie et au prix de ces quelques fondamentaux, la revendication de politiques anti-austéritaires, la défense du service public, le droit à un revenu décent ne seront pas que les cache-misère d’une démission annoncée…

 

En sachant que l’élection n’est qu’une étape et qu’il faudra une mobilisation populaire, un parti, des syndicats, des associations, des citoyens en capacité de se défendre…

 

Ce n’est pas plus utopiste que de croire que Yes we can sans nous en donner les moyens, en croyant que le capital lachera le morceau sans lutte à cause de bulletins dans l’urne et de manifestations spontanées d’une joie hors de saison.

 

Danielle Bleitrach