Recherche


Qui est en ligne

Nous avons 948 invités et aucun membre en ligne

Copyright Joomla

Copyright © 2017 PCF Bassin Arcachon - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public

Le Washington Post : À Seattle, les gens protestent contre les monuments de la Confédération – et contre ceux du communisme

 

20 Août 2017

Quel  bardak (bordel en russe!), on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer? d’un côté, il y a peu de chance que les protestataires au nom « des morts de la guerre civile » s’interrogent sur le fait que 14 puissances se sont liguées contre la jeune République soviétique et qu’il y a eu 10 millions de morts, dont 9 millions de civils et aient de ce fait le moindre doute à qui on doit les attribuer. D’un autre côté j’ai une certaine sympathie pour ces gens qui célèbrent le solstice d’hiver nus et en vélo devant la statue sous prétexte que l’art survit à la politique, cinglés incultes pour cinglés je les préfère aux premiers.
 
(note  et traduction de Danielle Bleitrach)
Par Andrew deGrandpre 19 août à 8h00.
 

Le maire démocrate de Seattle a rejoint d’autres maires, y compris de nombreux républicains, en appelant à retirer la statue de Vladimir Lénine de sa ville. (AP Photo / Gary Stewart)
 

Il y a une statue de 7 tonnes de Vladimir Lénine à Seattle. Elle a 16 pieds de haut, elle est en bronze et elle se trouve  dans le quartier éclectique et très fréquenté de Fremont depuis 1995. Les touristes affluent pour le voir.

 

Cette semaine, les manifestants ont afflué également

 

Dans la foulée des récents appels à l’élimination des monuments confédérés, la statue de Lénine à Seattle a été sous le feu des critiques cette semaine après une protestation improvisée par des militants qui soutenaient le président Trump, qui a subi des critiques violentes pour avoir insisté sur les «deux côtés» – c’est-à-dire les nationalistes blancs qui ont organisé leur rassemblement à Charlottesville et les manifestants qui s’y sont  opposés – en partageant également le blâme pour le chaos qui en a suivi. La violence et la réponse  de Trump ont accentué la division au sein des communautés à travers le pays.

 

Jeudi, le maire Ed Murray s’est joint aux critiques pour demander l’élimination d’un monument qui a longtemps été un sujet de curiosité et de controverse, en affirmant que la violence mortelle le week-end dernier à Charlottesville devrait inciter à supprimer tous les symboles du racisme et de la haine, « peu importe quelle est leur affiliation politique  « .

 

Murray, un démocrate, a également désigné un mémorial confédéré dans le cimetière du lac de la ville. Les deux sont de propriété privée.

 

« Nous ne devrions jamais oublier notre histoire », a-t-il écrit dans une déclaration préparée « , mais nous ne devrions pas non plus idolâtrer les personnages qui ont commis des atrocités violentes et cherché à nous diviser en fonction de qui nous sommes ou d’où nous venons ».

 

(vidéo ci-dessus) Les manifestants exigent l’élimination de la statue de Lénine
Des manifestants portant des chapeaux et des T-shirts « Make America Great Again » ont manifesté  le 16 août pour exiger l’enlèvement d’une statue de Vladimir Lénine à Seattle. (Twitter / Jack Posobiec)
 

Comme Kurt Schlosser  l’a écrit cette semaine pour Geek Wire, la manifestation contre  Lénine « a saisi l’opportunité de souligner l’hypocrisie supposée de Seattle » alors que des débats se déroulent dans d’autres villes américaines sur l’élimination des monuments commémoratifs de Confédération .

 

Lénine a mené la révolution bolchevique de Russie en 1917 avant de fonder le Parti communiste du pays. Il y eut d’innombrables blessés et morts pendant la guerre civile qui s’ensuivit, un fait souligné par ceux qui pensent que la statue devrait être détruite. Comme l’a déclaré un observateur sur Twitter , «il n’a tué que quelques millions de personnes. Pourquoi la gauche ne détruit-elle pas sa statue?

 

L’histoire de la sculpture àSeattle a peu à voir avec l’idéologie communiste de Lénine, selon les historiens locaux.

 

Elle a été découverte par Lewis Carpenter, un amateur  américain de l’État de Washington, qui était tellement amoureux de son talent artistique qu’il a détourné son prêt hypothécaire pour financer l’achat et l’expédier à Issaquah, à 20 milles à l’est de Seattle. Il a été déménagé à Fremont après la mort de Carpenter en 1994 (Venkov est mort en juin) et il a été installé là par les milieux d’affaires locaux.

 

La famille de Carpenter est toujours propriétaire de la statue et, selon Seattle Times, espère la vendre depuis de nombreuses années. Le prix demandé est de 250 000 $.

 

Quant à Fremont: en faire des léninistes c’est un peu abusif  – vu  qu’il s’agit d’une communauté diverse et unique connue pour célébrer le solstice avec un défilé de cyclistes nus. Beaucoup d’hippies et d’artistes vivent là-bas, et ils ont baptisé Fremont « centre de l’univers ».

 

Voici plus:

« Si l’art est censé nous faire sentir, pas simplement se sentir bien, cette sculpture est une œuvre d’art réussie. Le défi consiste à comprendre que cette pièce signifie différentes choses pour différentes personnes et à apprendre à se faire entendre et à respecter différentes opinions. Du point de vue d’un artiste, tous les points de vue sont valables et importants. « 

Alors, qu’est-ce qui va se passer ensuite?

 

Il est possible que le conseil municipal de Seattle aborde le problème dans les prochaines semaines, ne serait-ce que pour débattre si le corps législatif devrait être réuni  pour prendre position, a déclaré un membre du personnel de la ville qui a parlé avec The Washington Post sous  condition de l’anonymat.

 

« Nous avons fait face à des problèmes moins conséquents dans le passé », a déclaré le membre du personnel, notant que Seattle est une municipalité très consciente de son statut de «bastion progressif», et de l’exemple qu’il établit pour d’autres municipalités de l’état et à travers le pays.

 

En fin de compte, parce que ces mémoriaux résident sur la propriété privée, les deux devraient être enlevés par leurs propriétaires, volontairement. Alors Murray, le maire de Seattle, a quelques options autres que l’expression de son opinion.

 

« À ce stade, » le bureau de Murray a déclaré à The Post, « il n’y a pas de prochaines étapes prévues dans l’immédiat.